Chroniques Livres

Darcy, what else ? de Teri Wilson

Chez Harlequin dans la collection &H, février 2015.
432 pages, 10€90.
Ma note : ★★★☆☆
Résumé :
C’est une vérité universellement reconnue qu’une célibataire à l’aube de la trentaine doit avoir envie de se marier. »
La bonne blague. C’était peut-être vrai au XVIIIe siècle, mais, aujourd’hui, Jane Austen a tout faux. Elizabeth en est la première convaincue ; d’ailleurs, les hommes, l’amour, le mariage et tout ce qui va avec, elle les a soigneusement rangés dans une petite boîte. Une petite boîte bien fermée et enterrée six pieds sous terre. Non, vraiment, pour elle, c’est fini. Les hommes sont morts, vive les chiens ! Un chien, ça ne trompe pas, ça ne râle pas, ça vous fait toujours la fête et c’est content de vous voir. Et Bliss, sa chienne adorée, le lui prouve tous les jours. D’ailleurs, c’est elle qu’elle a choisi d’emmener à Londres – de l’autre côté de l’Atlantique ! – pour commencer sa nouvelle vie de nounou de chiens de concours.
Mais, sur place, rien ne se passe comme prévu lorsqu’elle croise l’irritant et arrogant et désagréable et odieusement sexy Donovan Darcy, milliardaire, éleveur de chiens de race.
Et – accessoirement – membre du jury…
Mon avis :
J’adore les réécritures de Jane Austen en général, parce que cela me permet de me replonger dans l’univers de cette écrivaine même si tous ses ouvrages sont déjà sortis et connus de tous. C’est pourquoi je n’ai pas hésité à me plonger dans cette réécriture moderne d’Orgueil et Préjugés.
Mais s’il s’agit effectivement d’une réécriture, elle est très éloignée de l’oeuvre originale et c’est ce qui m’a le plus déçue lors de ma lecture. Je m’attendais à retrouver différents aspects qui font que j’aime tant O&P, et malheureusement seulement quelques détails sont réunis ici. Par exemple, les noms Darcy et Elizabeth sont les seuls en commun avec l’oeuvre originale, et les relations entre les personnages sont vaguement ressemblantes, mais cela s’arrête là. J’aurais aimé voir plus la famille d’Elizabeth et Jenna, puisqu’elle a une part tellement importante dans l’oeuvre de Jane Austen, tout comme la relation Bingley/Jane, ici survolée rapidement avec la relation Henry/Jenna.
Malgré tout, j’ai passé un bon moment en réussissant à faire abstraction de tous ces détails et en prenant ce roman comme un roman à part entière et non pas comme une réécriture. L’univers des concours canins était un choix original et j’avoue avoir trouvé certaines scènes répétitives, bien qu’intéressantes puisque c’est un monde dont j’ignore absolument tout. Le personnage d’Elizabeth m’a également plu, je me suis attachée à elle et j’avais de la compassion pour sa situation, elle se retrouve à faire des choix difficiles pour sa vie professionnelle. Je regrette que le personnage de Donovan n’ait pas eu plus de profondeur, même si les scènes avec sa sœur relevaient un peu le niveau…
J’ai donc passé un bon moment, c’est une romance sympathique, qui se lit très rapidement, mais qui ne satisfera probablement pas les fans de Jane Austen s’ils prennent ce roman en cherchant à prolonger l’univers de l’auteure.

Un commentaire sur “Darcy, what else ? de Teri Wilson

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s