Chroniques Livres

Les Hirondelles de Kaboul de Yasmina Khadra

Chez Pocket, avril 2010.
147 pages, 5€90.
Ma note : ★★☆☆☆

Quatrième de couverture :
Dans les ruines brûlantes de la cité millénaire de Kaboul, la mort rôde, un turban noir autour du crâne. Ici, une lapidation de femme, là un stade rempli pour des exécutions publiques. Les Taliban veillent. La joie et le rire sont devenus suspects. Atiq, le courageux moudjahid reconverti en geôlier, traîne sa peine. Le goût de vivre a également abandonné Mohsen, qui rêvait de modernité. Son épouse Zunaira, avocate, plus belle que le ciel, est désormais condamnée à l’obscurité grillagée du tchadri. Alors Kaboul, que la folie guette, n’a plus d’autres histoires à offrir que des tragédies. Quel espoir est-il permis ? Le printemps des hirondelles semble bien loin encore…

Mon avis :
Je n’avais absolument rien entendu sur ce livre et c’est en le voyant dans mon supermarché que j’ai décidé de tenter le coup. Les Talibans, la condition de la femme, la religion… Ce sont des sujets importants que je ne retrouve pas souvent dans mes lectures et j’ai décidé de m’y mettre un peu plus.
On commence direct avec une scène de lapidation d’une femme en place publique, aux descriptions très détaillées et très crues, ça promettait vraiment quelque chose de violent et de fort. Mais j’avoue avoir été déçue.

J’ai trouvé qu’il était très difficile de rentrer dans l’histoire et de réellement s’attacher aux personnages principaux, il leur arrive des tas de choses, on découvre leurs vies personnelles mais je n’ai malheureusement pas su m’y intéresser, je lisais sans vraiment porter d’intérêt à ce qu’il se passait. Je trouve que le livre est à la fois trop court, et trop long. Les sujets sociaux du roman m’ont réellement intéressée, comme la condition des femmes qui revient régulièrement, avec le rôle de l’épouse notamment, tout comme la religion, les talibans et leur présence en ville… J’aurais aimé que tout cela soit bien plus développé et du coup, beaucoup plus touchant. J’ai eu l’impression d’observer toutes ces scènes d’un point de vue complètement extérieur alors que les personnages vivent ces scènes, eux. C’est un sentiment un peu étrange. Il se passe beaucoup de choses mais en même temps, pas assez concernant les personnages qui, je trouve, n’évoluent pas. L’alternance de violence dans les rues, et de la presque banalité de la vie des personnages donne un rythme inégal au roman et je n’ai pas réussi à rentrer dedans.

Yasmina Khadra a une très jolie écriture, qui est très poétique, mais j’ai trouvé que cela ne collait pas avec le contexte du roman et j’ai eu du mal à être transportée dans cet univers à cause de ce décalage.
Un roman qui vaut malgré tout, le coup d’être lu pour les sujets qu’il traite, mais j’aurais souhaité qu’il les aborde d’une manière un peu différente. Je ne pense pas tenter d’autres livres de Yasmina Khadra, malheureusement.

Un commentaire sur “Les Hirondelles de Kaboul de Yasmina Khadra

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s