Chroniques Livres

The Book of Ivy de Amy Engel

Chez Lumen, mars 2015.
341 pages, 15€00.
Ma note : ★★★★★

Quatrième de couverture :
Au nom de quoi seriez-vous prêt à tuer ?
À la suite d’une guerre nucléaire dévastatrice, la population des États-Unis s’est retrouvée décimée. Un groupe de survivants a fini par se former, mais en son sein s’est joué une lutte de pouvoir entre deux familles pour la présidence de la petite nation. Les Westfall ont perdu. Cinquante ans plus tard, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, dans une cérémonie censée assurer l’unité du peuple. Cette année, mon tour est venu. Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le fils du président que je suis destinée à épouser. L’objectif, c’est la révolution, et le retour au pouvoir des miens. Peu importe qu’un cœur de chair et de sang batte dans sa poitrine, peu importe qu’un innocent soit sacrifié pour des raisons politiques. Peu importe qu’en apprenant à le connaître, je fasse une rencontre qui change ma vie. Mon destin est scellé depuis l’enfance. Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera. Née pour trahir et faite pour tuer… Sera-t-elle à la hauteur ? Book of Ivy est le premier roman d’Amy Engel, à la fois suspense insoutenable, dystopie cruelle et histoire d’amour torturée.

Mon avis :
Ce premier tome d’une duologie a été un véritable coup de cœur. Après avoir entendu uniquement des avis positifs, j’avais peur d’être déçue et en fait pas du tout, le livre vaut bien tous les compliments qu’on lui fait!
The Book of Ivy est une dystopie, après une guerre la population restante s’est séparée en deux groupes qui se sont battus pour le pouvoir et l’une d’elle a fini par perdre. Nous voici aujourd’hui avec leurs descendants dans des mariages arrangés. Ivy fait partie de ces sélectionnés et va devoir épouser Bishop, le fils du président. Et l’ennemi de sa famille.

Globalement, le pitch n’a rien de très original quand on le présente comme ça, mais une fois plongé dans le roman on se rend compte que le roman n’est pas que focalisé sur le monde et l’univers dystopique crée par l’auteure, mais également sur la relation entre les personnages et l’aspect psychologique que cela implique.
J’ai eu beaucoup de mal à lâcher le livre, je l’ai dévoré en à peine deux jours (et encore, parce qu’il fallait bien m’arrêter pour dormir et manger un peu…). La mise en place est, à mon goût un peu lente et peu rythmée : toute la première partie sur le mariage et la sélection des couples ne m’a pas tellement accrochée. Mais au final, cette lenteur est à l’image de la relation entre Ivy et Bishop. Tout démarre très lentement mais il est très difficile de poser le roman, on veut en savoir plus, on veut savoir comment Ivy va se débrouiller pour atteindre son but et servir sa famille, on veut savoir si elle va porter ce fameux coup final, trahir Bishop ou tomber sous son charme. La pression que lui met sa famille ne laisse pas beaucoup de possibilités à Ivy, et cela la rend très attachante.
Tout est possible dans une dystopie et on ne veut pas se faire avoir à penser directement à une happy end.

Les personnages sont extrêmement attachants, l’univers mis en place est assez riche, l’écriture est fluide et agréable, et tout ça donne un tout vraiment très addictif. La fin, quant à elle, m’a vraiment déchiré le cœur et j’ai vraiment hâte de lire la suite pour savoir où Amy Engel a décidé de nous emmener. J’ai eu un vrai coup de coeur pour ce roman à la trame bien plus psychologique que prévu.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s