Chroniques Livres

Phobos #1 de Victor Dixen

Chez Robert Laffont dans la Collection R, juin 2015.
448 pages, 17€90.
Ma note : ★★★☆☆
Quatrième de couverture :
Six prétendantes.
Six prétendants.
Six minutes pour se rencontrer.
L’éternité pour s’aimer.

Il veulent marquer l’Histoire avec un grand H.
Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.
Elle veut trouver l’amour avec un grand A.
Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour… Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

Mon avis :


J’avais entendu plusieurs avis positifs sur ce roman, et je n’ai pour l’instant jamais été déçue par une publication de la Collection R. La seule chose qui me rebutait un peu, c’était l’aspect science-fiction du livre, puisque c’est un genre que je n’affectionne pas particulièrement.

L’idée du roman est très originale et on ne peut que complimenter Victor Dixen pour cette dernière et pour le scénario qu’il a monté. On apprend énormément de choses, très rapidement et il faut se mettre très vite dans le bain de ce jeu télévisé dans l’espace. Malheureusement, on apprend trop de choses et ce bien souvent par le biais des dialogues, ce qui fait que rien n’est naturel. Les répliques sont très longues parce que les personnages du programme Genesis veulent donner le maximum d’informations au lecteur, mais cela casse totalement le rythme et nous donne presque l’impression de lire une notice d’utilisation du jeu. Le rendu est assez lourd, pour le coup. On retrouve également peu d’explications scientifiques, pour une oeuvre dans l’espace, je trouve ça un peu léger. Il y a également peu d’informations sur les six garçons, puisque nous sommes du côté des filles, et peu d’informations sur le personnage d’Andrew qui est très intrigant.

De plus, j’ai trouvé que les premières parties étaient plutôt lentes, le temps de rencontrer chaque candidate et le principe du jeu, et que le rythme s’accélérait d’un coup dans les dernières parties. Le rythme est très inégal. Les héroïnes sont également un souci pour moi, elles représentent toutes un stéréotype de l’adolescente : l’intello, la sportive, l’artiste… Elles sont obnubilées par la recherche de l’amour, ce qui les rend vraiment insupportables, sauf pour Leonor, notre personnage principal, qui sauve le tout et est un personnage que j’ai trouvé beaucoup mieux construit que les autres.

J’ai passé un bon moment mais je ne pense pas garder un merveilleux souvenir de ce roman. Je lirai tout de même la suite parce que la fin nous laisse sur les dents et j’ai hâte de découvrir où Victor Dixen va nous emmener.

Un commentaire sur “Phobos #1 de Victor Dixen

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s