Chroniques Livres

Delirium #2, Pandemonium de Lauren Oliver

Chez Hachette Blackmoon, février 2012.
456 pages, 16.00€.
Amazon / Goodreads / Livraddict
Ma note : ★★☆☆☆

Quatrième de couverture :
Lena a découvert avec Alex ce sentiment interdit qu’est l’amour. Ensemble ils se sont enfuis, déterminés à gagner la Nature pour vivre leur passion. Mais seule Lena est parvenue à franchir la frontière. Sans savoir si Alex est encore vivant. Aujourd’;hui Lena a rejoint la résistance. Elle se voit confier une mission qui pourrait bien lui coûter la vie. Mais une nouvelle rencontre vient remettre en question tous ses principes. Se battre pour avoir le droit d’aimer : cela a-t-il vraiment un sens ? Imaginez qu’on vous prive de tout sentiment. Que la liberté ne soit plus qu’un vieux souvenir dénué de sens. Jusqu’où iriez-vous pour garder le droit d’aimer ? Plongez dans l’inoubliable trilogie DELIRIUM.

Mon avis :
Quelle lecture laborieuse. Je me souviens avoir adoré le premier tome, que j’ai lu il y a au moins deux ou trois ans, j’avais trouvé l’histoire originale bien que l’héroïne soit naïve et m’ait tapé sur les nerfs. J’avais adoré le personnage d’Alex et surtout, la fin était vraiment affreuse et je m’en souvenais parfaitement.

Ce second tome m’a vraiment déçue. Je n’ai pas su retrouver les éléments qui m’avaient plu lors de la lecture du premier tome. Par contre, j’ai retrouvé Lena et elle m’a autant énervée que lorsque je l’ai découverte. Pas de chance pour moi… Après que Lena ait enfin passé la frontière et qu’elle se retrouve maintenant dans la nature, la vraie, seule puisqu’Alex est resté derrière, elle doit apprendre à découvrir ce nouveau monde dont elle ignore tout. Elle découvre alors qu’elle n’est pas seule à vivre dans les bois, d’autres personnes vivent également dans le monde sauvage : la résistance. Lena apprend alors à découvrir les choses qui devraient lui être naturelles, mais qui ne lui sont pas parce qu’elle a grandi en repoussant ses émotions. On tourne encore autour du thème de l’amour, est-ce bien ou mal ? Les émotions sont-elles une bonne chose ?

Mais globalement, j’ai trouvé qu’il ne se passait vraiment rien de concret dans ce second tome, il ne sert qu’à intégrer Lena dans la résistance et lui faire ressentir de nouvelles choses, d’un point de vue de l’intrigue, c’est vraiment mou et je me suis ennuyée tout le long.

Je vais me forcer à lire le troisième tome, qui pour le coup ne me fait vraiment pas envie après la lecture de celui-ci, mais j’espère terminer cette trilogie sur une bonne note et non pas sur une déception, d’autant plus que je garde un bon souvenir du premier tome. J’ignore si c’est parce que j’ai grandi depuis (du moins, j’espère avoir grandi et mûri mentalement), parce que mes goûts ont évolué ou parce que j’ai lu beaucoup de dystopies depuis et celle-ci se retrouve donc en bas du classement par comparaison… Je pense que c’est un tout, mais aussi parce que ce second tome est largement en dessous du premier. Je recommande tout de même la lecture de cette trilogie, avant même de l’avoir terminée parce qu’elle a quand même marqué l’histoire de la dystopie young adult et représente très bien le genre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s