Chroniques Livres

Marquer les ombres de Veronica Roth

Chez Nathan, janvier 2017, 464 pages.
Ma note : ★★★★☆

Quatrième de couverture :
Dans une galaxie dominée par une fédération de neuf planètes, certains êtres possèdent un « don », un pouvoir unique. Akos, de la pacifique nation de Thuvhé, et Cyra, sœur du tyran qui gouverne les Shotet, sont de ceux-là. Mais leurs dons les rendent, eux plus que tout autre, à la fois puissants et vulnérables. Tout dans leurs origines les oppose. Les obstacles entre leurs peuples, entre leurs familles, sont dangereux et insurmontables. Pourtant, pour survivre, ils doivent s’aider… ou décider de se détruire.

Mon avis :
Après mes très bonnes lectures des trois tomes de Divergent, j’étais plus qu’impatiente de retrouver Veronica Roth dans ce nouveau roman qui avait l’air très différent. Marquer les ombres est le premier tome d’une duologie, qui nous présente science-fiction et space opéra. On est donc assez loin de Tris et Quatre. On y découvre un monde dominé par neuf planètes, où certaines personnes possèdent un don, une capacité particulière. Nos deux personnages principaux font partis de ces personnes : Akos, un Thuvhésite, et Cyra, une Shotet. Ils n’ont rien en commun, ne se connaissent pas au début de l’histoire et ne vivent pas sur la même planète, et pourtant, ils vont vivre une panoplie d’aventures qui va les rapprocher et les lier à jamais.

Marquer les Ombres est un très bon roman, qui m’a surprise et laissée parfois un peu perplexe. Il y a beaucoup de personnages, de noms complexes et d’éléments à retenir. J’ai eu du mal à rentrer dans cet univers de SF qui n’est pas du tout mon dada à la base, mais j’ai fait l’effort de continuer ma lecture et de m’y plonger à plusieurs reprises pour pouvoir tenir jusqu’au bout et je n’ai pas été déçue du résultat final.
Les personnages sont tous assez bien développés, j’ai bien sûr eu un petit coup de cœur pour les personnages de Akos et Cyra, mais aussi pour Eijeh, le frère d’Akos, qui se retrouve utilisé comme moyen de pression sur ce dernier. Cyra est une jeune femme forte, dont le pouvoir est plus perçu comme une malédiction : elle souffre continuellement et les personnes qui la touche ressentent cette douleur, et c’est son frère qui l’utilise comme une arme face à ses ennemis et les traîtres. Akos est un personnage plus posé, plus calme et plus réfléchi, son don est (comme par hasard hein…) compatible avec celui de Cyra puisqu’il annule son pouvoir et peut la toucher sans ressentir aucune douleur. Les deux personnages vont se rapprocher doucement, rien n’est forcé et j’ai beaucoup apprécié la délicatesse de Veronica Roth ici, contrairement à ce que j’avais pu ressentir en lisant Divergent où tout était un peu prévisible et rapide.

Une très bonne lecture donc, puisque je ne m’attendais pas du tout à ça en débutant ma lecture, et j’aime être surprise. La succession d’événements est parfois un peu complexe et j’ai trouvé certains passages longuets et brouillons, difficiles à cerner pour moi qui n’ai pas l’habitude de cet univers, mais je ressors assez satisfaite de cette lecture et je lirai la suite avec plaisir !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s