Chroniques Livres

Perdue et Retrouvée de Cat Clarke

Chez Robert Laffont dans la Collection R, avril 2015.
406 pages, 17€90.
Ma note : ★★★★☆
Quatrième de couverture :
PERDUE
Quand Laurel Logan, 6 ans, a été kidnappée, seule sa petite sœur en a été témoin. Toute l’enfance de Faith a été façonnée par la disparition de Laurel : de la séparation de ses parents à la présence constante des médias, en passant par celle de ces soi-disant amis qui ne veulent que lui parler de sa sœur.
RETROUVÉE
Treize ans plus tard, une jeune femme est retrouvée dans le jardin de l’ancienne maison des Logan, totalement déboussolée et serrant dans ses bras l’ours en peluche avec lequel Laurel a disparu.
Laurel est enfin de retour chez elle, saine et sauve. Faith avait toujours rêvé de revoir sa sœur, sans oser vraiment croire que cela arriverait. Mais une série troublante d’événements isole Faith et la pousse à la paranoïa : ce que l’on a perdu peut-il réellement être retrouvé ?

Mon avis :
Plus je lis des romans de Cat Clarke, plus j’ai envie d’en lire d’autres !
Perdue et Retrouvée nous plonge dans la vie de Faith, 17 ans, dont la grande soeur a été enlevée à ses cinq ans alors qu’elles jouaient toutes les deux dans le jardin de devant. Laurel n’a jamais été retrouvée et ses parents se sont toujours battus pour que l’on se souvienne d’elle, que l’enquête ne soit pas close et que les policiers continuent de chercher des indices. C’est 13 ans plus tard que le miracle arrive, avec un coup de téléphone. On les prévient que Laurel a été retrouvée dans le jardin de leur ancienne maison, désorientée et affaiblie mais vivante.

Mais voilà, Faith s’était faite à l’idée que l’on ne retrouverait jamais Laurel et qu’elle était maintenant fille unique. Ses parents se sont séparés, son père a refait sa vie avec un homme, Faith a un petit ami… L’arrivée de Laurel chamboule tout ça.

J’ai adoré ce roman pour son aspect psychologique, surtout en ce qui concerne Faith. L’arrivée de Laurel va chambouler sa petite vie et cela ne lui plaît pas particulièrement, puis elle éprouve des remords parce qu’elle apprécie sa « nouvelle » sœur qui fait tout pour lui plaire. Faith est un personnage qui évolue énormément au fil des pages, et je me suis beaucoup attachée à elle parce que j’ai compris ses réactions. Après tout, Laurel, malgré toutes les choses horribles qui lui sont arrivées, prend toute l’attention de ses parents, et l’on se demande même si elle ne le fait pas à son avantage en les manipulant parfois. Je n’en ai donc pas voulu à Faith d’être parfois jalouse ou énervée par sa soeur, qui monopolise l’attention de tous : ses parents, la ville, les médias… Le personnage de Laurel, lui, m’a vraiment retourné le cerveau. J’ignorais si elle était sincère, si elle manipulait tout le monde exprès, j’ai même été jusqu’à me demander si elle ne retournait pas voir son ravisseur de temps en temps, s’ils n’était pas de mèche tous les deux en la renvoyant chez elle pour obtenir quelque chose de la famille. Re-tour-né le cerveau je vous dis.

Puis finalement, on comprend bien vite que derrière cette petite vie parfaite que la famille essaye de reconstruire, quelque chose ne tourne pas rond avec Laurel, mais le retournement de situation vient bien trop tard à mon goût et je pense que c’est ce qui fait que j’ai lu le roman si vite : je voulais juste savoir quel était ce fameux secret que cachait Laurel. La fin est elle aussi un peu trop rapide, j’aurais préféré des explications plus longues et qu’elles arrivent plus tôt dans le roman pour que l’on se fasse à l’idée.

Malgré tout, Cat Clarke did it again et j’ai passé un excellent moment avec Faith et Laurel, et je compte bien me procurer ses autres romans qui manquent encore à ma bibliothèque!