Chroniques Livres

L’île mystérieuse de Jules Verne

Chez Le Livre de Poche, mai 2002.
826 pages, 8€60.
Ma note : ★★★☆☆

Quatrième de couverture :
L’Île mystérieuse raconte l’histoire de cinq personnages : l’ingénieur Cyrus Smith, son domestique Nab, le journaliste Gédéon Spilett, le marin Pencroff et l’adolescent Harbert. Pour échapper au siège de Richmond pendant la guerre de Sécession, ils décident de fuir à l’aide d’un ballon, mais échouent sur une île déserte qu’ils baptiseront l’île Lincoln. Après avoir mené une exploration de l’île, ils s’y installent en colons mais quelque chose semble veiller sur eux : qui ? quoi ? comment ? et pourquoi ? Comment vont-ils survivre entre la vie sauvage et les personnes qui les entourent.

Mon avis :
Après la très bonne expérience qu’avait été ma lecture du Tour du Monde en 80 jours, mon premier Jules Verne, je me suis lancée dans cette lecture beaucoup plus imposante. Et mon ressenti est beaucoup plus mitigé… Je pense tout simplement que je m’attendais à tout autre chose.
Le roman commençait pourtant bien, les personnages s’échouent sur une île et doivent apprendre à vivre avec peu de moyens mais principalement grâce à leurs connaissance de la science et de la vie naturelle. Les personnages sont de vrais héros, une petite bande masculine qui se complète grâce aux connaissances de chacun.

On en apprend énormément (vraiment énormément, je dirais qu’au moins la moitié du roman repose sur des informations scientifiques) sur les choses que l’on peut faire avec les plantes, les animaux, la roche, et tout ce que l’on peut trouver sur une île pour survivre, au point que cela devenait parfois surréaliste… C’est très intéressant mais parfois extrêmement long, au point que les descriptions de ces éléments scientifiques (qui sont parfois répétitives) prennent plusieurs pages et nous font perdre le fil de l’histoire et l’avancée du récit des personnages. Les héros de l’histoire m’ont également parfois troublée, ils sont beaucoup trop parfaits et lisses. Ils n’ont pratiquement pas de défauts, ils se réjouissent de tout et de rien, ne se plaignent jamais de la situation et le ton ne monte jamais entre eux…
La fin est un joli clin d’œil à une autre oeuvre de l’auteur, que je n’ai malheureusement pas encore lue mais le nom est tellement connu que je le connaissais forcément. J’ai aussi beaucoup aimé les nombreuses illustrations de cette édition du Livre de Poche.

Globalement, c’était tout de même une bonne lecture, il s’agit quand même d’un classique de la littérature française. Jules Verne nous emmène dans son monde et les personnages nous font vivre quelques aventures et quelques rencontres, mais je m’attendais à ce qu’il se passe beaucoup plus de choses avec un tel titre et en 800 pages. Au final, c’est plus une histoire de survie qu’une histoire de mystères et de questionnement sur l’île. Certes, il demeure certains événements surprenants et sans explication sur le moment mais pas assez à mon goût. Je pensais sincèrement trouver un roman presque fantastique en attaquant ce livre et ce n’est pas du tout le cas.