Chroniques Livres

The White Queen de Philippa Gregory

Éditeur : Simon & Schuster
Note : ★★★★☆
Résumé :
1464. L’Angleterre se déchire. La maison d’York, avec à sa tête le roi Edouard IV, s’oppose à la maison de Lancastre, qui souhaite lui reprendre le trône.
Le jeune roi fait alors la connaissance d’Elisabeth Woodville, veuve et mère de deux garçons. Séduit par son extrême beauté, il l’épouse en secret.
Richard Neville, comte de Warwick, cousin et principal conseiller du roi, réprouve cette union qui contrecarre ses desseins politiques. Il voit de plus son influence décroître au profit des proches d’Elisabeth. Neville passe alors à l’ennemi et rejoint la maison de Lancastre.
Dévoilant un épisode historique méconnu, Philippa Gregory met en scène une héroïne inoubliable au milieu de la tourmente, prête à tout pour l’honneur des siens.
Mon avis :
Quel plaisir de retrouver la plume de Philippa Gregory ! Je connaissais l’histoire de cette saga par la série The White Queen, qui reprend les quatre premiers tomes, mais je ne pouvais pas passer à côté de cette lecture. Ce premier tome ce focalise uniquement sur Elizabeth Grey et sa rencontre avec Edward, le roi. Le livre, bien sûr, est beaucoup plus détaillé que la série et c’est avec un plaisir immense que j’ai retrouvé ce couple et tous ces personnages et que j’ai pu en apprendre un peu plus sur cette période de l’histoire, bien que le tout soit romancé.
Elizabeth est un personnage que j’adore, déjà quand la série j’avais beaucoup aimé cette femme forte, prête à tout pour défendre sa famille, son époux, son roi… Edward est présenté sous un nouveau jour dans le roman, c’est un guerrier infidèle, mais son amour pour Elizabeth est réel et il ne cesse de revenir vers elle. L’aspect fantastique de ce roman, avec les références à la déesse Mélusina apporte un peu de mystère à l’histoire et un côté magique qui la rend d’autant plus appréciable.
Ce roman est bourré de rebondissements, de retournements de situations, de batailles, de sentiments. On ne s’ennuie pas une seconde et c’est une excellente chose ! Les chapitres s’enchaînent à une rapidité folle et on ne cesse d’espérer pour un dénouement heureux. L’écriture de Philippa Gregory, est une nouvelle fois le grand point fort de ce roman. Vivement ma lecture de Red Queen, le second tome !
P.S. : Disponible en français chez archipoche !
Chroniques Livres

The Giver de Lois Lowry

Lien Amazon : The Giver / Le Passeur
Lien Goodreads : The Giver
Lien BookDepository : The Giver
Editeur : HMH Books for Young Readers (V.O.)
★★★★☆
Résumé :
Dans le monde où vit Jonas, la guerre, la pauvreté, le chômage, le divorce n’existent pas. Les inégalités n’existent pas, la désobéissance et la révolte n’existent pas. L’harmonie règne dans les cellules familiales constituées avec soin par le Comité des sages. Les personnes trop pigées, ainsi que les nouveau-nés inaptes sont  » élargis ». personne ne sait exactement ce que cela veut dire. Dans la communauté, une seule personne détient véritablement le savoir : c’est le dépositaire de la mémoire. Lui seul sait continent était le monde, des générations plus tôt, quand il y avait encore des animaux. quand l’oeil humain pouvait encore voir les couleurs, quand les gens tombaient amoureux. Dans quelques jours, Jouas aura douze ans. Au cours d’une grande cérémonie, il se verra attribuer, connue tous les enfants de son âge, sa future fonction dans la communauté. Jonas ne sait pas encore qu’il est unique. Un destin extraordinaire l’attend. Un destin qui peut le détruire.
Mon avis :
Je me suis décidé à lire ce livre après avoir vu l’avis de Justine du blog FairyNeverland, et après avoir vu qu’il avait été adapté au cinéma. J’en avais entendu parler, bien sûr, mais l’occasion ne s’était jamais présentée. Du coup je l’ai lu en anglais et en ebook parce que c’était une lecture assez courte et comme il y a plusieurs tomes je voulais être sûre que ça allait me plaire avant de les acheter en version papier. Et puis en anglais parce que je préfère quand même lire en anglais, même si ce n’est pas toujours le plus rentable pour nous chers français. J’ai enchaîné avec le film direct après avoir terminé le livre comme ça, c’est fait !
J’ai passé un excellent moment car pour une fois, le héros de cette dystopie est un garçon ! Parce que je dois l’avouer, j’en ai marre des héroïnes tout le temps et ça fait du bien de changer de temps en temps. Jonas est un personnage que j’ai adoré, et le voir évoluer lui ainsi que la relation qu’il développe avec le Giver (le Passeur en VF) au fil des pages c’était vraiment génial ! C’est une excellente dystopie et j’envisage sérieusement de lire les tomes suivants, à cause de la fin. C’est le seul gros point « noir » de ma lecture, j’ai trouvé la fin un peu bâclée (si je peux dire ça comme ça), c’était très rapide et j’ai eu une impression de non-terminé… J’aurais aussi aimé que d’autres personnages soient un peu plus développés, comme les parents de Jonas que l’on n’apperçoit pas énormément mais qui ont quand même un rôle important à jouer d’après moi. Du coup j’imagine que c’est justement pour nous indiquer qu’il se passe des choses intéressantes dans les tomes suivants et pour nous pousser à continuer la série (et ça fonctionne puisque je compte continuer héhé…).
C’est quand même une excellente lecture qui nous pousse à réfléchir sur le genre humain, et ce n’est pas rien. La façon dont Lois Lowry décrit les choses à travers les yeux d’un adolescent qui découvre certains sentiments et certaines situations pour la première fois, c’était vraiment impressionnant. On passe par toute une palette d’émotions !
Concernant le film, j’ai bien aimé, c’était une bonne adaptation… Certains rôles étaient mineurs mais cela fait plaisir de voir Katie Holmes, Alexander Skarsgard et Meryl Streep par exemple. Il y a eu beaucoup de changements au niveau du scénario, mais ce sont vraiment des détails et ça ne m’a vraiment pas choquée lors du visionnage… Je recommande autant le livre que le film !