Bookhaul

Bookhaul #8 – Salon de Montreuil 2016

Le week-end dernier se déroulait le Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil (SLPJ), l’événement à ne pas manquer en cette fin d’année pour tous les mordus de lecture ! Je m’y suis rendue le dimanche pour rencontrer quelques illustrateurs et auteurs et faire quelques achats. Je suis assez fière de moi puisqu’il n’y a pas eu de gros craquage imprévu et je n’ai pas acheté de roman, ma PAL ne souffrira donc pas trop.

J’ai ainsi pu rencontrer de nouveau Benjamin Lacombe (le matin et l’après-midi) et Sébastien Perez, Estelle Faye, mais également l’illustratrice Justine Brax, Fred Bernard et François Roca, Guillaume Bianco et son petit Billy Brouillard, Camille Roche et Rebecca Donovan.

Je vous présente les livres qui rejoignent mes bibliothèques :

Frida Anya et Tigre Blanc Fils de Dragons

♦ Frida de Benjamin Lacombe et Sébastien Perez chez Albin Michel : L’une des plus grandes figures de l’art mexicain du XXe siècle inspire Benjamin Lacombe et Sébastien Perez pour leur nouvelle collaboration. Pour lui rendre hommage, Benjamin Lacombe propose une immersion inédite dans le processus créatif de l’artiste. Une succession de pages découpées et un texte poétique nous entraînent dans les profondeurs de l’âme de Frida Kahlo. À la manière d’un recueil de pensées, le livre explore les thématiques qui sont chères à Frida : l’amour, la mort, la terre, les animaux… Sébastien Perez insère dans son texte des phrases extraites des correspondances de Frida pour restituer de la façon la plus sincère et vraie ce que l’artiste ressentait « par-devers elle et face à elle ».

♦  Anya et Tigre Blanc de Fred Bernard et François Roca chez Albin Michel : Dans un pays enneigé, où règne un roi dur et injuste, sévit une terrible malédiction qui frappe les enfants nés la même année que l’unique héritier. Les uns après les autres, année après année, les enfants disparaissent… et on n’entend plus jamais parler d’eux. Anya fait partie de cette génération perdue. Privée de son frère jumeau, enlevé bébé, la jeune fille grandit en compagnie de son tigre blanc, la rage au coeur. Menacée, elle est bien décidée à affronter le danger lorsque celui-ci se présentera. Un jour, enfin… Il sera question d’une sorcière aux yeux blancs qui crache le feu, d’une prémonition qui scelle les destins, d’une évasion et d une révolte menée par une armée d’animaux sauvages…

♦  Fils de Dragons de Justine Brax et Sébastien Perez chez Albin Michel : Leur vol était majestueux. Leurs crocs, plus acérés que ceux d’un tigre blanc. Rien n’égalait le feu qui provenait de leur gorge. Yomon, l’enfant, regardait les dragons avec admiration. Son plus grand désir était de devenir l’un d’entre eux…

Blanche Neige Les chats (L'encyclopédie curieuse et bizarre par Billy Brouillard, #2) Il Salaïno (Léonard et Salaï #1)

♦ Blanche-Neige de Lylian chez les éditions Soleil : Il était une fois En plein hiver, une reine qui cousait et qui, se piquant le doigt, émerveillée par ce sang sur cette neige qui tombait, laissa vagabonder son esprit, souhaitant avoir un enfant aussi blanc que la neige, aussi vermeil que le sang et aussi noir de cheveux que l’ébène. Bientôt, cette reine eut une petite fille qui répondit exactement à ses souhaits. Elle l’appela Blanche-Neige.

♦ L’Encyclopédie Curieuse et Bizarre, tome 2 : Les Chats de Guillaume Bianco chez les éditions Soleil : À l’instar du premier volume de cette encyclopédie, ce second opus consacré aux chats est scindé en trois parties : L’ABC du chat, Histoires de chats et Trucs & Astuces Matoumatiques. L’ABC du chat répond à toutes les questions liées à cet animal, grâce à Billy Brouillard qui s’interroge avec humour et curiosité : Comment les chats font-ils pour ronronner ? Pourquoi enterrent-ils leurs cacas ? Comment font-ils pour se lécher les orteils ? Etc. Dans Histoires de chats, un voile se lève : Billy raconte tout sur son regretté chat, Tarzan, sur son tricot super capuche et surtout, sur… la GENÈSE DE SON DON DE TROUBLE VUE ! Enfin, la rubrique Trucs & Astuces Matoumatiques propose une série d’exercices très spéciaux qui permet d’acquérir les aptitudes des chats et de devenir, comme Billy, un… super héros ! Ne le répétez pas, mais… le chat, c’est un animal… MAGIQUE !

 ♦ Léonard & Salaï de Benjamin Lacombe et Paul Echegoyen chez les éditions Soleil : Immergez-vous au coeur de ce diptyque, cette évocation romanesque qui présente une autre vision. de Léonard de Vinci, de son entourage et de sa vie. Comment a-t-il vécu, aimé, souffert ? Cet univers où règne la grâce, remarquable par son ampleur et sa profondeur, résonne à notre époque de façon étonnamment moderne. Un portrait sensible et fascinant d’un artiste jamais égalé…

Alice de l'autre côté du miroir 28111013

♦ Alice de l’autre côté du miroir de Lewis Carroll et Benjamin Lacombe chez les éditions Soleil : Après une très belle édition illustrée d » »Alice au pays des merveilles » », Benjamin Lacombe sublime la distorsion du temps et de l’espace avec «  »De l’autre côté du miroir » ». Dans cette suite directe du chef-d’oeuvre de Lewis Carroll (traduite par Henri Parisot), Alice décide de passer «  »de l’autre côté du miroir » » et s’y métamorphose ! De pion, elle deviendra reine. Le monde du miroir se présente comme un monde inversé. L’espace et le temps y sont mis à mal… Il faut courir très vite pour rester sur place ! Certaines pages se déplient à la façon d’un plateau de jeu d’échec et accompagnent la bascule dune dimension à l’autre ; décors, personnages évoluent littéralement. Benjamin Lacombe se délecte en proposant ainsi une vision, une interprétation singulière de la beauté étrange d’un monde, bercé par un délicieux mélange de poésie, d’humour et de non-sens, qui vise implicitement à former les plus jeunes.

♦ Fox’s garden de Camille Garoche chez les éditions Soleil : Cette histoire sans textes, propose une lecture visuelle incitant à une exploration différente. Teintée de magie et de féérie, les illustrations prennent vie tout en délicatesse. De l’émotion pure. Une nuit d’hiver, une renarde cherche désespérément un abri pour mettre au monde ses petits. Chassée par les habitants du village, elle trouve refuge dans une serre, au fond d’un jardin… Un petit garçon l’aperçoit et décide de lui apporter son aide. Trouvera-t-elle une idée singulière pour le remercier ?

Les super héros détestent les artichauds

♦ Les Super-héros détestent les artichauts de Benjamin Lacombe et Sébastien Perez chez Albin Michel : « Super-héros, c’est un métier d’avenir. » Métier d’avenir certes, mais métier sacrément exigeant et difficile, qui demande quelques prédispositions. Nombreux sont les appelés, mais rares sont les élus ! Dans ce nouveau livre de Sébastien Pérez et Benjamin Lacombe, Phosfo le héros est notre guide dans une galaxie d’êtres à collants, de masques et de super-pouvoirs. Il nous confie sa vocation, ses trucs et astuces et nous met en garde contre certains pièges à éviter de toute urgence si nous tentons l’aventure, comme les terribles artichauts et leurs effets dévastateurs sur les surhommes. On croise pêle-mêle : Narasimha le super-homme lion, Bee la diva piquante, le terrible Baron Baryton, ou encore Sun Wukong et ses missions spectaculaires en Chine. Leurs exploits pour sauver le monde bravent une société injuste ou violente qui se révèle être souvent une « supermétaphore » de la nôtre. La mise en page, imaginée par Benjamin Lacombe, alterne avec virtuosité les techniques (aquarelle, gouache, huile, encre, gravure, collages) et les références (pop art, affiches de propagande, comics). Portraits spectaculaires, images en contre-plongée, jeux de typographie et quelques pages vertigineuses à lire avec des lunettes 3D (insérées dans le livre) nous permettent de voir le monde à travers les yeux d’un super-héros. Un livre inventif et hors norme, qui renouvelle avec éclat la palette et l’univers de Benjamin Lacombe.

Rencontres

Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil 2015

Le voici le voilà, le compte-rendu de ma visite au Salon du livre de Montreuil ! Si vous me suivez sur Facebook ou Twitter ou Instagram ou Snapchat (je suis multifonctions), vous savez déjà que j’ai pas mal craqué sur les différents stands des éditeurs et que j’ai passé un super week-end.

SAMEDI

Je suis arrivée vers 9h30, entrée directe après la fouille du sac, du manteau et le détecteur de métaux. J’ai déambulé dans les allées et attéri sur le stand Bayard/Milan qui a été mon premier gros craquage. Joseph Delaney venait en dédicace ) 13h et je voulais acheter son nouveau roman : Arena 13. Je suis repartie avec deux autres livres et 50€ en moins… 😦 (je n’ai aucun self-control face aux livres).

Puis j’ai continué à traîner dans les allées jusqu’à 10h30 où je suis allée sur le stand des Editions Margot où la dédicace de l’album Facéties de Chats de Sébastien Pérez et Benjamin Lacombe devait commencer à 11h. J’avais prévu le coup, au Salon du Livre j’étais arrivée pile à l’heure pour sa dédicace et je n’avais pas pu y accéder du coup, cette-fois-ci, pas question de le rater !

Il y avait déjà un peu de queue, mais c’est surtout après que ça s’est gâté. La priorité était donnée à ceux qui avait Facéties de Chats, les livres chez les autres éditeurs n’avaient pas le droit à de dessin mais juste à une dédicace (ce qui a fait un peu râler les gens, mais moi je comprends la démarche… L’éditeur privilégie les gens qui ont acheté le livre chez eux. Ça me paraît quand même logique.)

 

J’arrive donc devant Benjamin Lacombe (coeurs partout), lui tend mon livre et il me demande si je veux quelque chose de particulier. Je lui explique donc que dans le livre un chat s’appelle Ophélie, comme le mien, et que j’aimerais donc un dessin de celui-là. Il me demande si c’est aussi un chartreux, et on part dans une description détaillée de mon chat pour qu’il puisse me le dessiner en détails et le plus fidèlement possible ! C’est vraiment fascinant de le regarder dessiner, en quelques minutes il vous sort un dessin fantastique, alors que moi en quelque minutes je vous fait deux petits traits… Bref, le talent de cet homme n’est plus à prouver. Puis je passe à Sébastien Pérez qui me dédicace la page de garde et me rajoute un petit tampon, j’achète les badges sur le stands et je file.

La dédicace de Christelle Dabos prévue normalement à 12h sur le stand de Gallimard n’avait plus lieue, donc j’avais son livre avec moi pour rien :-(… (et il pèse lourd!), je suis donc partiz acheter d’autres livres. Puis 12h30 arrive, je file de nouveau sur le stand de Bayard pour la dédicace de Joseph Delaney et là, surprise, une queue de folie qui fait presque tout le tour du stand!! Ça ne me surprend pas, mais les gens derrière moi n’arrêtent pas de râler (décidément, j’ai le chic pour tomber sur les gens qui ne comprennent pas que dans un salon, faire la queue ça peut arriver). Finalement, la queue avance rapidement, Joseph signe très vite les livres et je fais dédicacer pour exemplaire du tome 1 de Epouvanteur que j’avais amené avec moi, et Arena 13 acheté le matin-même.

Je fais un dernier petit tour, pour voir si je n’ai raté aucun stand, et je passe devant celui de Didier Jeunesse où Tristan Koëgel est en dédicace avec une personne. J’achète donc Bluebird qui me faisait de l’oeil depuis sa sortie, et je fais la queue. Il me demande comment j’ai appris l’existence du livre, on discute un peu et il me dédicace mon livre en piquant les tampons de l’autre auteur également en dédicace. J’ai commencé à sentir la fatigue et surtout, le poids de mes sacs allait finir par me tuer (les sacs en papier c’est joli, mais ça coupe la circulation des mains…), donc je décide de rentrer et de garder des forces pour le lendemain. J’étais malade depuis une semaine, j’avais eu de la fièvre pendant la nuit du coup ce n’était pas la grande forme samedi, mais le dimanche s’est vraiment mieux déroulé 🙂

 

DIMANCHE

Deuxième jour, j’arrive à 9h20 mais pas de chance, aujourd’hui ça n’ouvre qu’à 10h (quand on ne se renseigne pas aussi…). Je retrouve Alexandra et ses collègues apprentis libraires à l’intérieur et file à la dédicace de Carina Rozenfeld et C.J. Daugherty sur le stand de Robert Laffont pendant qu’ils font un petit tour. Je passe assez rapidement, j’ai pu discuter du Feu Secret avec Carina, qui m’a confirmé qu’il n’y aurait que deux tomes parce que les séries à quinze tomes ce n’est pas son truc ni en tant qu’auteur ni en tant que lectrice, puis de Night School et du dernier tome que je n’ai pas encore lu avec C.J.. Je les avait déjà rencontré deux fois toutes les deux, et c’est toujours un vrai plaisir de les revoir !

Je file ensuite à la dédicace de Shannon Messenger sur le stand de Lumen au rez-de-chaussée, il n’y a que quatre personnes ce qui me réjouit parce que la veille, la queue était sans fin! Je passe tranquillement, on discute de Paris qu’elle connaît bien puisque ça fait sept fois qu’elle vient en vacances ici, elle me dédicace Let the Sky Fall, et elle me propose de faire une photo ce que j’accepte avec grand plaisir 🙂 Je retrouve tout le monde mais on décide de retourner au stand de Robert Laffont pour qu’ils puissent aussi avoir leurs dédicaces, ça nous permet de discuter et c’était vraiment très sympa. Puis juste après je passe devant le stand de MSK, où Clélie Avit est en dédicace. J’avais acheté le livre la veille et oublié de revenir pour le faire dédicacer (oui, c’est tout à fait mon genre) du coup j’en profite pendant qu’il n’y a personne. On discute du livre, de la fantasy et de mes étagères qui croulent sous les livres. C’est une auteure vraiment charmante et j’ai hâte de me plonger dans ce roman!

  

On achète quelques livres (encore, oups) au stand des Editions Soleil où l’on apprend que Joris Chamblain, l’illustrateur des Carnets de Cerise est en dédicace sur le stand des éditions Kennos. On file sur ce stand faire la queue pour nos dédicaces. Je n’avais pas le budget pour acheter les BD donc j’ai demandé un dessin sur une feuille que je glisserai dans la BD une fois que je l’aurai achetée, il a accepté alors qu’il n’a normalement pas le droit de le faire… Et je repars avec une jolie Cerise 😉
On fait ensuite notre petit tour, on passe de stand en stand. La prochaine dédicace est celle de Benjamin Lacombe (encore, oui) sur le stand des Editions Soleil et on prévoit d’y aller tôt pour pouvoir avoir une dédicace rapidement et ne pas trop faire la queue. On y va avec un heure d’avance et la queue est déjà bien longue… On s’installe par terre et profite de cette pause bien méritée.
On avance doucement, une fois le quota atteint, les membres du stand refusent les gens dans la file pour éviter que les gens ne fassent la queue pour rien, ce que je trouve vraiment super.

 

Quand je passe, je demande à Benjamin s’il peut me faire un petit hérisson, celui de ses illustrations d’Alice me fait juste craquer et il accepte (joie!). Il nous parle alors de la boutique Cocolico, un concept store qui va vendre des produits avec ses illustrations jusqu’en janvier. Alexandra fait sa dédicace, puis je décide de rentrer. Je suis vraiment crevée et j’aimerais me poser un peu tranquillement à la maison avant de reprendre le boulot le lendemain 😉

Bilan : pour une première fois au Salon de Montreuil, je suis ravie. J’ai passé deux jours extraordinaires, avec des auteurs vraiment très accessibles et agréables, j’ai pu faire toutes les séances de dédicaces que j’avais prévu et surtout, l’ambiance est au top ! Les allées sont très larges, on peut circuler sans difficulté et il n’y a pas de bousculades. C’est ce que je reproche le plus au Salon du livre de Paris, il est très difficile de circuler et de passer d’un stand à l’autre passée une certaine heure, alors que là, aucun problème. J’y retournerai l’année prochaine avec grand plaisir, j’ai déjà hâte d’y être 😉