Chroniques Livres

Des mensonges dans nos têtes de Robin Talley

Chez Mosaïc, septembre 2015.
384 pages, 13€90.
Ma note : ★★★☆☆

Quatrième de couverture :
Les filles sont faites pour se marier… Les Noirs et les Blancs ne doivent pas se mélanger… Une fille ne doit pas embrasser une autre fille… Linda ne doit pas aimer Sarah. Rien que des mensonges? 1959, en Virginie. C’est l’histoire de deux filles qui croient qu’elles se détestent — parce qu’elles n’ont pas la même couleur de peau et qu’elles ne sont pas nées du même côté. C’est l’histoire de Sarah et Linda qui croient qu’elles se détestent… mais c’est aussi l’histoire de l’année où tout va changer — parce que les mensonges des autres vont voler en éclats et que les vies, les cœurs de Sarah et Linda vont s’en trouver bouleversés pour toujours…

Mon avis :
Le sujet de l’intégration des premiers élèves noirs dans un lycée blanc est un sujet que j’avais déjà lu dans un roman, celui d’Annelise Heurtier intitulé Sweet Sixteenmais qui visait un public un peu plus jeune que celui-ci. J’avais beaucoup aimé et cette période de l’histoire me plaît beaucoup, j’avais hâte de découvrir ce que Robin Talley en avait fait. D’autant plus que je n’avais vu que de très bons avis et coups de coeurs sur les blogs.
Des mensonges dans nos têtes est un excellent roman qui nous fait vivre l’histoire des étudiants d’après différents points de vue de plusieurs personnages qui sont pour cette intégration, qui sont contre et d’autres qui la subissent, cela nous permet d’aborder cette tranche de l’histoire de tous les fronts et nous ne sommes pas influencés par les sentiments des personnages puisqu’il y a vraiment de tout. Forcément, l’intégration est difficile, les élèves noirs ne sont pas les bienvenus : on les insulte, les frappe, les harcèle et ils doivent passer l’année sans se faire trop remarquer s’ils veulent espérer réussir leur diplôme. Certaines scènes sont vraiment poignantes et difficiles à lire, et sachant que ce sont des événements inspirés de faits réels, on ne peut que se sentir mal pour les personnages.
L’intégration passée, les élèves vont en cours et c’est Sarah, élève noire, qui se retrouve à devoir travailler avec deux élèves blanches pour un devoir de français parce qu’elles sont toutes les trois arrivées en retard en classe. Bien sûr, les choses sont difficile entre les trois filles. Le père de Linda est extrémiste et refuse de voir ces élèves noirs dans le même lycée que sa fille, qui, elle, a tendance à répéter ce qu’elle entend de la bouche de son père. Puis, petit à petit, elle parvient à se faire sa propre idée de l’intégration grâce à Sarah qu’elle est obligée de côtoyer et qui lui expose son point de vue. Le titre est extrêmement bien choisi puisque c’est typiquement ce que vit Linda, qui se rend compte qu’elle ne pense pas par elle-même, mais comme les autres.
C’est un excellent roman que je conseille à tous, ne serait-ce que pour le contexte historique et parce qu’il renseigne énormément sur cette période de l’histoire, sur la ségrégation, les lois Jim Crow et les différences qui étaient faites aux Etats-Unis entre élèves noirs et élèves blancs.
Malgré tout, bien que ce roman soit fabuleux, j’ai trouvé que la romance homosexuelle qui venait s’installer entre les deux étudiantes était largement de trop et n’apportait rien au récit. Je n’ai pas été dérangée puisque j’ai trouvé ça mignon, mais je n’ai pas compris ce que l’auteur voulait nous montrer en ajoutant cela. Une magnifique histoire d’amitié aurait pu très bien fonctionner, j’ai trouvé que cette histoire d’amour interdit, en plus de l’histoire de racisme était tout simplement en trop et n’apportait pas forcément quelque chose de positif en plus au roman. Cette relation est là, c’est tout… J’aurais préféré que les deux jeunes filles soient très bonnes amies, cela aurait rendu la chose peut-être moins symbolique mais beaucoup plus fort, de mon point de vue.

Chroniques Livres

Plus loin, plus près de Hannah Harrington

Publié chez Mosaïc, mai 2015.
283 pages, 12€90.
Ma note : ★★★☆☆

Résumé :
Aujourd’hui, ma grande sœur a décidé de mourir. C’est moi qui l’ai trouvée et depuis je ne tourne pas rond. June avait une vie parfaite, bien plus belle que la mienne, alors pourquoi ? Je croyais la connaître par cœur et je me suis trompée… Pourtant, il y a une chose dont je suis tout à fait sûre : June n’a pas pu m’abandonner. Elle m’a forcément laissé un signe, quelque chose, elle me tend la main quelque part. Peut-être en Californie où elle rêvait d’aller vivre. Ma meilleure amie est de mon avis et Jake, ce confident secret de June, est d’accord aussi. Alors, même si pour trouver ce que je cherche on doit traverser tout le pays et aller jusqu’en Californie, on va le faire. Ensemble.

Mon avis :
J’étais très emballée par cette histoire qui semblait avoir tout pour plaire : des sentiments, un groupe d’amis et un road-trip aux Etats-Unis. Le début a été un peu long à s’enclencher, jusqu’à ce que le trio se décide enfin à partir pour la Californie et de faire ce voyage en hommage pour la sœur d’Harper. Bien sûr, la route ne va pas forcément être celle décidée et des rencontres vont se faire en chemin. Le voyage était très intéressant, déjà parce que cela nous en apprend un peu plus sur les USA, sur les personnages qui ne sont pas forcément ce qu’ils laissent paraître, mais aussi parce qu’il se fait en musique. La plupart des groupes mentionnés m’étaient inconnus, et l’idéal est quand même d’aller écouter les chansons mentionnées pour se faire une idée de l’ambiance dans la camionnette pendant le trajet. Après avoir lu ce livre, on n’a qu’une envie : prendre la voiture et partir loin, découvrir de nouveaux horizons et rencontrer de nouvelles personnes.

J’ai adoré le personnage de Jacob, j’ai bien aimé le personnage de Laney, par contre, j’ai eu extrêmement de mal à m’attacher à Harper, ce qui est quand même délicat puisqu’il s’agit de l’héroïne et que tout tourne autour d’elle. C’est justement ça qui a fait que je n’ai pas réussi à vivre entièrement cette lecture : tout tourne TROP autour d’Harper et de ses petits états d’âmes. À plusieurs moments, j’ai posé le livre parce qu’elle m’énervait vraiment, à faire preuve d’autant d’égoïsme (surtout envers sa mère et sa tante par exemple), elle n’est pas la seule à vivre l’épreuve du deuil de sa sœur.

Pour conclure, je dirais que ce fut une lecture agréable et surtout très rapide, en une journée j’avais terminé ce roman. L’écriture est légère et très fluide, ce qui permet de se plonger dans ce roman d’une traite.