Chroniques Livres

Dans la vallée de Hannah Kent

Chez les Presses de la cité, Septembre 2018, 473 pages.
Ma note : 5/5 ♥


Quatrième de couverture :
Le temps semble s’être arrêté dans ce village du sud de l’Irlande égaré dans la vallée et battu par la famine. Nóra Leahy a perdu son mari et sa fille et se retrouve seule avec son petit-fils de quatre ans, infirme. Pourtant, Nóra s’en souvient : quelques années plus tôt, Micheál marchait et commençait déjà à parler. Que lui est-il arrivé ? A-t-il été changé, remplacé pendant la nuit par les fées qui auraient posé un démon dans le berceau ? Est-ce à lui que la vallée doit la malédiction qui la frappe ? Mary, la jeune servante que Nóra vient d’engager, se laisse impressionner par les commérages du village et les rapporte à sa maîtresse. Ensemble, les deux femmes se mettent en quête de la seule personne en mesure de sauver Micheál : une originale, qui vit seule dans la lande et parle le langage des plantes. Car, même si tout le monde s’en méfie, on sait que la vieille Nance Roche a le don. Qu’elle communique avec le peuple invisible. Et qu’il n’y a qu’elle pour faire revenir ceux qui ont été enlevés…

Mon avis :
Quelle découverte et quel voyage ! Dans la vallée est un roman absolument fabuleux qui a été une bouffée d’air frais pendant cette période des fêtes très chargée en librairie et au travail de manière générale. J’ai mis un peu plus d’une semaine pour le lire à cause de la fatigue, mais me plonger dans ce roman m’a fait un bien fou à chaque fois. Hannah Kent nous fait découvrir la communauté d’un petit village irlandais dans les années 1820 et s’inspire d’un fait divers : alors que Martin, le mari de Nora, décède subitement alors qu’il est en train de travailler les champs, elle se retrouve à devoir s’occuper seule de son petit-fils, âgé de quatre ans mais qui ne sait toujours ni marcher ni parler. Elle va alors tenter de faire appel à Nance Roche, guérisseuse et censée avoir le « don », pour tenter de le soigner et de récupérer son petit-fils. Car en effet, Nora est persuadée que Michéal a été enlevé par les fairies et que c’est un changeling qui a pris sa place. Aidé d’une jeune servante qu’elle a embauchée pour prendre soin du petit, elles va tenter divers remèdes suggérés par Nance Roche, qui elle-même va devoir faire face à des accusations de sorcellerie de la part du curé du village…

Les trois femmes vont alors nous emmenées à travers leurs expériences, leurs rencontres, leurs peurs, leur quotidien. Entre Nora, désespérée de retrouver son petit-fils, Mary la jeune servante qui s’est attachée au petit garçon et Nance qui est une femme qui ressent le poids des années sur ses épaules et doute de plus en plus de son « don », nous rencontrons trois personnages bien différents mais unis autour d’un même but : ramener le petit-fils de Nora et rendre le changeling aux bonnes gens. Le lecteur se prend au jeu au fil de la lecture : Nance parviendra t-elle réellement à ramener Michéal, ou les deux femmes font-elles fausse route ? Les trois personnages sont toutes les trois attachantes à leur façon : Nora dans sa peine, Mary dans son innocence et Nance dans son expérience et sa sagesse. Dans la vallée est un roman définitivement féminin qui nous en apprend un peu plus sur la condition de la femme dans l’Irlande des années 1820, mais qui nous plonge également dans un univers assez méconnu : les croyances d’un peuple rural. Ces légendes, rituels et coutumes qui nous sont présentés tout au long de l’histoire lui donne une saveur unique que j’ai énormément appréciée et qui en a fait un énorme coup de cœur, c’était comme si j’avais voyagé dans le temps.

Je remercie vraiment les éditions Presses de la Cité d’avoir publié un tel roman chez nous et je vous recommande vivement cette lecture si vous aimez les romans historiques de manière générale, l’univers irlandais ou les légendes de tout type. Cette histoire m’a transportée et son atmosphère qui devient de plus en plus sombre et oppressante, les risques pris par Nora pour retrouver son petit-fils étant de plus en plus grands et son désespoir grandissant au fil des chapitres. Mais malgré cette ambiance sérieuse, nous sommes toujours bercés par les croyances irlandaises, sous fond de fées, fairies, petit peuple, bonnes gens, remèdes anciens et rituels lui donne une ambiance unique et presque magique. L’écriture de Hannah Kent a été une véritable découverte et j’ai hâte de lire ses autres ouvrages !

Chroniques Livres

La Cour d’Onyx #1 – Minuit jamais ne vienne de Marie Brennan

Chez L’Atalante, février 2018, 352 pages.
Ma note : ★★★☆☆

Quatrième de couverture :
À la fin du XVIe siècle, l’Angleterre prospère sous le règne d’Élizabeth, première du nom et dernière monarque de la lignée des Tudor. Sous Londres s’étend le palais tentaculaire d’Invidiana, la reine des fae, qu’elle gouverne en maîtresse inflexible. Son pouvoir est le reflet ténébreux de la gloire éclatante dont s’entoure la dernière des monarques Tudor. Dans ce palais d’Onyx, les fae n’ont pas à craindre le fer et la foi chrétienne que les mortels utilisent contre eux pour se protéger de leurs méfaits.
Depuis trente ans, les affaires des deux cours sont toutefois étroitement liées. Un pacte mystérieux, tragique peut-être, unit les deux souveraines. Car si, chez les mortels, rois et amours sont éphémères, les fae les jalousent pour les passions qui animent leur vie.
Un courtisan humain et une fae en disgrâce découvrent peu à peu les alliances et les trahisons qui gangrènent les deux trônes. Ensemble, ils ont une chance de révéler la source du pouvoir d’Invidiana et, peut-être, de rétablir un peu de justice, d’harmonie et de confiance dans une société de haine et de violence.
Une œuvre baroque, où se mêlent l’histoire et la fantasy, fort bien documentée sur la vie à la cour d’Élizabeth et les drames politiques qui s’y sont joués, et riche de tout le folklore du Petit Peuple des îles britanniques.

Mon avis :
Voici une lecture qu’il a été difficile de sortir de ma PAL parce qu’il a fallu que je trouve le bon moment pour la lire. J’avais pourtant demandé aux éditions l’Atalante de me l’envoyer et je les remercie grandement d’avoir accepté. Mais le mélange historique/fantastique qui me faisait énormément envie n’a pas été facile à caser dans mon planning chargé, entre les études, le travail, les examens, puis la reprise d’un nouveau travail… C’est finalement mon envie de me replonger dans des romans historiques qui m’a enfin poussée à le lire !

Cette lecture a été une véritable découverte : celle de son autrice Marie Brennan, que j’avais envie de lire depuis la sortie de ses romans « Mémoires, par Lady Trent » dont j’avais entendu beaucoup de bien. C’est finalement en voyant ce petit dernier sur table en librairie, qui mêlait fantastique et époque Élisabéthaine que j’ai décidé qu’il était plus que temps de me lancer. Marie Brennan a prouvé dans ce roman qu’elle a la capacité de mélanger fantastique et historique sans tomber dans le « trop ». Grâce à l’alternance des chapitres dans la cour d’Elizabeth et ceux dans la cour d’Onyx, nous découvrons les deux univers, les deux personnages principaux qui vont nous guider au fil de notre lecture et nous rencontrons surtout l’univers des faes qui peuplent secrètement Londres.

Je dois avouer avoir d’abord eu quelques difficultés à rentrer dans ma lecture. Non pas à cause de l’écriture que j’ai trouvé particulièrement fluide et que j’ai beaucoup appréciée, notamment grâce à des chapitres assez courts et un roman divisé en plusieurs actes. Le roman présente cependant énormément de personnages, de lieux, nous avons droit à des sauts dans le temps avec la présence de souvenirs… Beaucoup de détails qu’il fallait garder en tête pour ne pas se perdre au détour d’une page. Il m’a fallu arriver à la moitié du roman avant de vraiment m’habituer à ces différents points de vue, à comprendre vraiment quels étaient les enjeux de l’intrigue, le but des différents personnages et les relations qu’ils entretenaient les uns avec les autres.

Cependant, je connais plutôt assez bien l’époque abordée dans le roman et j’ai vraiment adoré la découvrir sous un nouveau jour, sous de nouvelles perspectives. On ressent lors de la lecture que Marie Brennan s’est énormément documentée sur l’époque et le règne d’Elizabeth, les relations entre les personnages et les différents complots et manipulations dont nous sommes témoins sont extrêmement bien ficelés. La seconde moitié du roman se lit donc beaucoup plus facilement une fois que l’on s’est habitué à l’univers. On y découvre des personnages historiques, associés à des personnages inventés par l’auteure, le tout alterné avec l’univers des faes qui est incroyablement riche et intéressant.

Une lecture que j’ai donc trouvée trop lente au début, ce qui se justifie pourtant : il s’agit d’un premier tome qui doit poser les bases d’un univers fantastique mélangé à des faits historiques réels. Il est nécessaire d’avoir un début solide sur lequel s’appuyer pour ne pas se perdre en cours de route pour les prochains tomes, mais cela pourrait décourager certains lecteurs… J’ai en tout cas hâte de découvrir la suite ! 🙂

Chroniques Livres

Le chant d’Achille – Madeline Miller

Chez Pocket, avril 2015, 468 pages.
Ma note : ★★★★★
Coup de cœur ♥

Quatrième de couverture :
Le jeune Patrocle est envoyé dans le royaume de Phthie. Il y rencontre Achille qui est tout ce qu’il n’est pas : un jeune prince brillant, aimé et admiré. Patrocle devient son écuyer. Rien ne devrait les rapprocher et, pourtant, les deux jeunes hommes nouent des liens d’amitiés très forts qui évoluent en passion amoureuse.
Achille sait qu’il est appelé à vivre un destin exceptionnel. Il s’engage donc immédiatement pour faire le siège de Troie. Patrocle, beaucoup moins héroïque, suit son ami à contre cœur. La guerre de Troie éprouvera les deux hommes. Elle ébranlera leur histoire d’amour et remettra également en question leurs convictions les plus profondes. Contre toute attente, c’est Patrocle qui trouvera une mort héroïque, vaincu par la colère des dieux. Achille, dévasté, rongé par le chagrin et la culpabilité, mourra à son tour.

Mon avis :
Je suis vraiment gâtée dernièrement puisque je fais d’excellentes lectures. Le Chant d’Achille a été un véritable coup de coeur et je regrette de l’avoir laissé attendre dans ma PAL aussi longtemps, puisqu’avec un thème pareil, j’étais pratiquement sûre d’aimer. C’était presque joué d’avance.

Madeline Miller nous plonge en pleine Grèce antique afin de nous faire redécouvrir l’histoire de Patrocle et d’Achille et plus particulièrement l’histoire d’amour qu’ils ont partagé. Comment rendre un roman intéressant quand on connaît déjà le mythe, l’histoire de ces deux personnages et surtout leur destin funeste ? C’est le pari que s’est lancé l’auteure et qu’elle réussi avec brio grâce à une écriture fluide et l’utilisation d’une narration du point de vue de Patrocle, le moins connu des deux personnages. C’est un point de vue très intéressant, puisque Patrocle évolue énormément à travers le roman et même s’il reste toujours en retrait par rapport à Achille, il est souvent celui que l’on oublie dans l’histoire…

Le roman couvre (pratiquement) toute la vie des deux héros, puisque nous découvrons d’abord Patrocle alors qu’il n’est qu’un enfant et que son père veut le marier avec Hélène, vous savez, celle qui déclenchera malgré elle la fameuse guerre de Troie… Le mariage ne se fait pas, puisqu’elle choisit un autre prétendant : Ménélas, qui affrontera des années plus tard les fils troyens aux côtés des grecs. C’est après avoir accidentellement tué un jeune garçon, héritier, que Patrocle est déshérité et envoyé en Phtie, où il rencontre Achille. D’abord timide, réservé et peu sûr de lui, le jeune homme est intrigué et fasciné par le héros, fils du roi Pélée et de Thétis, une nymphe. Le récit avance progressivement, Patrocle devient le compagnon d’Achille, puis son ami et enfin son amant… Ils partent ensemble pour suivre l’enseignement de Chiron, le centaure. Jusqu’à ce que la guerre n’arrive et vienne tout détruire.

Les pages défilent à toute vitesse et le roman se termine avant même que l’on ne s’en rende compte. Nous rencontrons une flopée de personnages, certains bien connus (Ulysse, Hector…) et d’autres plus secondaires que l’on aurait aimé suivre plus longtemps (notamment Thétis, la mère de Achille, qui est incroyablement mystérieuse et effrayante tout au long du roman, prête à tout pour protéger son fils). La lecture est addictive, la relation entre Patrocle et Achille se construit doucement et n’est en rien précipitée, on la savoure autant qu’eux. C’est pourtant un roman déchirant puisque l’on sait pertinemment quel sera son dénouement et quel sera le sort des deux amants, et malgré leurs efforts pour contrer la prophétie qui annonce la mort d’Achille, le lecteur sait très bien qu’ils n’y pourront rien.
Les descriptions de Madeline Miller nous plongent en pleine Grèce antique puis en pleine guerre de Troie avec un réalisme impressionnant qui nous donnerait envie que le roman ne s’arrête jamais.

Un roman captivant, une véritable épopée que j’ai absolument adoré. Les personnages, et plus particulièrement Patrocle, sont terriblement touchants. C’est un véritable coup de cœur. Je pense me plonger bientôt dans son nouveau roman, qui suit la même idée de revisite mais avec le personnage de Circé, qui croise la route d’Ulysse lors de son voyage.

Chroniques Livres

Filles de la mer de Mary Lynn Bracht

Chez Robert Laffont, février 2018, 432 pages.
Ma note : ★★★★★
Coup de cœur

Quatrième de couverture :
Sur l’île de Jeju, au sud de la Corée, Hana et sa petite sœur Emi appartiennent à la communauté haenyeo, au sein de laquelle ce sont les femmes qui font vivre leur famille en pêchant en apnée. Un jour, alors qu’Hana est en mer, elle aperçoit un soldat japonais sur la plage qui se dirige vers Emi. Aux deux filles on a maintes fois répété de ne jamais se retrouver seules avec un soldat. Craignant pour sa sœur, Hana rejoint le rivage aussi vite qu’elle le peut et se laisse enlever à sa place. Elle devient alors, comme des milliers d’autres Coréennes, une femme de réconfort en Mandchourie.

Mon avis :
Filles de la mer est un roman coup de poing qui a assez peu fait parler de lui mais qui, à mon humble opinion, mérite vraiment le temps de lecture. Acheté lors de ma visite au salon Saint-Maur en Poche 2018, j’ai craqué parce que l’auteure était présente et que c’était peut-être là ma seule occasion de le faire dédicacer… je ne tenais pas à regretter plus tard, sachant que j’avais très envie de le lire depuis sa sortie. Et je ne regrette qu’une chose : ne pas l’avoir lu avant pour pouvoir en discuter avec elle au salon.

Nous y découvrons l’histoire parallèle de deux sœurs : Hana pendant la seconde guerre mondiale et Emi en 2011, deux histoires qui vont bien sûr être liées tout au long du récit par leur lien fraternel et les épreuves que la première va traverser.
Les deux jeunes femmes ont été élevées sur l’île de Jeju, en Corée, dans la communauté des haenyeo (les « filles de la mer ») : elles pêchent de manière traditionnelle en profondeur pour ensuite vendre leur butin sur le marché. Un jour, alors qu’Hana est en train de pêcher avec sa mère et que sa petite sœur est seule sur la plage, elle aperçoit un soldat japonais. Incapable de laisser sa sœur se faire enlever, elle se fait prendre à sa place et la voilà embarquer dans un destin terriblement tragique et brutal : elle devient une « femme de réconfort » pour les soldats japonais présents en Corée pendant l’Occupation. Envoyée en Mandchourie dans un bordel, elle se fait violer à répétition, perd son identité pour être appelée Sakura, doit faire face aux réalités de la situation et aux horreurs des hommes mais ne perd pas son unique but et garde en tête ce qui lui tient le plus à cœur : retrouver la liberté, sa famille et regagner la mer.

Filles de la mer est un roman terriblement difficile, déchirant et poignant sur le destin de toutes ces femmes brutalisées pendant la guerre. Un véritable hommage à toutes les victimes de soldat, de violences et qui ont été malheureusement oubliées par l’Histoire. Les chapitres concernant Hana sont durs, violents et dévoilent une partie oubliée de la guerre et je dois dire que je ne m’attendais pas à lire quelque chose d’aussi sombre quand j’ai attaqué ma lecture. Il faut s’accrocher pour faire face à toutes les épreuves que traverse la pauvre Hana… Je ne pensais pas m’attaquer à un tel sujet en lisant ce roman.
C’est dans la partie narrée par Emi que nous découvrons l’autre aspect de l’histoire : cette soeur qui a été protégée mais qui ne s’est jamais pardonnée d’avoir laissé Hana partir avec ce soldat sans rien dire. Toute sa vie, elle s’en ait voulu et alors qu’elle organise son dernier voyage pour rendre visite à ses enfants, elle veut se rendre à une cérémonie de commémoration où les familles et descendants de ses femmes se battent, pour que le gouvernement reconnaisse les faits et que ces femmes soient enfin reconnues. Emi n’a jamais abandonné l’idée de retrouver Hana, mais sa culpabilité l’a toujours empêcher de vivre pleinement sa vie.

Je recommande vivement ce roman, mais soyez prévenus de son contenu. C’est une histoire dure, difficile à lire mais qui vaut vraiment le détour. L’écriture de Mary Lynn Bracht nous accompagne avec douceur tout au long de ce récit riche, dans lequel il arrive énormément d’événements, et certains passages teintent le tout d’une certaine dose d’espoir. Deux femmes exceptionnelles. Un concentré d’émotions. C’est un coup de cœur.

Chroniques Livres

La dame de beauté de Jeanne Bourin

Chez Le Livre de Poche, mai 1987, 192 pages.
Ma note : ★★★★☆

Quatrième de couverture :
Agnès Sorel fut la première maîtresse royale reconnue officiellement, affichée, comblée de titres et de biens. Elle s’identifia si parfaitement au siècle charnière qui a été le sien qu’elle en reflète le double aspect. Médiévale par la gaieté et la foi, déjà moderne par le goût du confort et les besoins matériels. Fille d’honneur d’Isabelle de Lorraine, duchesse d’Anjou, Agnès a vingt et un ans lorsqu’elle rencontre, à Toulouse, Charles VII qui, lui, a quarante ans. La beauté d’Agnès fit de lui un amant subjugué, le transfigurant : de terne, inquiet, défiant, malchanceux, il devint joyeux, hardi, plein d’allant, habile. Avec ce talent reconnu par tous, ce sont des amours rayonnantes que nous fait vivre ici Jeanne Bourin, l’auteur de La Chambre des dames. Des amours qui sont aussi de l’Histoire. Agnès Sorel fut appelée « damoiselle de Beauté » tant parce qu’elle était tenue pour la plus belle du monde que parce que le roi lui avait donné à vie la maison de Beauté-lès-Paris.

Mon avis :
La Dame de Beauté est ma première lecture d’un ouvrage de Jeanne Bourin, bien que La Chambre des dames attende patiemment dans ma PAL depuis ma visite du Musée de Cluny. Il s’agit d’une véritable belle découverte, j’ai passé un excellent moment avec cette lecture et à découvrir ce personnage. En tant que fan de romans historiques, je pense me pencher plus sérieusement sur les autres livres de Jeanne Bourin et découvrir tout ce qu’elle a pu écrire d’autre. Ce roman, qui nous conte la vie d’Agnès Sorel, a été un petit délice (mais pas un coup de coeur, malheureusement).

On y découvre une femme, une maîtresse, une amante, une amie, une fille, une mère… Tous ces rôles réunis en un seul personnage qui évolue énormément au fil des pages, bien que le roman soit assez court. C’est sans doute le seul défaut que j’ai pu lui trouver : ne pas avoir duré plus longtemps… J’aurais ainsi pu m’attacher pleinement à cette femme complexe, entièrement dévouée à son histoire d’amour et prête à tout pour la défendre. Alors qu’elle est fille d’honneur au service d’Isabelle de Lorraine, elle rencontre Charles VII. Du côté du roi, c’est le coup de foudre : elle est la plus belle femme qu’il ait jamais vu et compte bien la charmer. À force de cadeau, de mots doux et de promenades, la jeune femme tombe sous son charme à son tour. Elle devient alors la première maîtresse officielle du roi.

L’écriture de Jeanne Bourin a été un vrai plaisir : un style fluide, agréable, facile à lire, soutenu par des faits historiques avérés et des personnages que l’on prend plaisir à suivre et à voir grandir au fil des pages. Je me doute que des libertés ont été prises afin d’écrire ce roman, qu’il me faudra faire quelques recherches afin de compléter mes connaissances sur la vie passionnante d’Agnès Sorel, mais je trouve que cet ouvrage constitue une très bonne première approche pour connaître cette femme et la vie qu’elle a mené.