Bookhaul

Bookhaul #5 – Saint-Maur en Poche 2016

Saint-Maur en Poche c’est la tentation à chaque allée, et comme le Salon met le livre au format poche à l’honneur les prix sont très accessibles… C’est pourquoi, malgré ma motivation de ne pas faire trop de mal à ma PAL, j’ai fait quelques achats que je vous présente ici !

Le Pays du Nuage Blanc  

♦ Le Pays du Nuage Blanc de Sarah Larke : Londres, 1852. Hélène, préceptrice, décide de répondre à cette annonce et de tenter l’aventure. Sur le bateau qui la mène au Pays du nuage blanc, elle fait la connaissance de Gyneira, une aristocrate désargentée promise à l’héritier d’un magnat de la laine. Ni l’une ni l’autre ne connaissent leur futur époux. Une nouvelle vie – pleine d’imprévus – commence pour les deux jeunes femmes, qu’une amitié indéfectible lie désormais…Cette saga portée par un puissant souffle romanesque révèle le talent d’un nouvel auteur, dans la grande tradition de Colleen McCullough et de Tamara McKinley.

♦ Le Jardin des Secrets de Kate Morton : Un labyrinthe qui cache un secret, une conteuse victorienne dont l’oeuvre a disparu, trois générations de femmes unies par une même histoire… En 1913, sur le port de Brisbane, en Australie, une petite fille de quatre ans est retrouvée abandonnée sur un bateau arrivant d’Angleterre, avec pour tout bagage une valise contenant quelques vêtements et un superbe livre de contes de fées. Recueillie par un couple, elle n’apprend son adoption que le jour de son vingt et unième anniversaire. Des années plus tard, Nell décide de partir à la recherche de son passé, en Cornouailles, au domaine de Blackhurst. A sa mort, sa petite-fille Cassandra poursuit cette quête et se rend à son tour en Angleterre afin de percer les secrets du domaine…

♦ La Drôle de Vie de Zelda Zonk de Laurence Peyrin : Les jours s’écoulent, un peu trop calmes, un peu trop sages, pour Hanna Reagan lorsqu’un grave accident de voiture la cloue sur un lit d’hôpital. La campagne irlandaise a ses charmes, ainsi que son romancier de mari, mais rien de pétillant comme sa voisine de chambre, une vieille dame malicieuse et mystérieuse répondant au nom de Zelda Zonk. À ses côtés, et n’ayant rien d’autre à faire pendant sa convalescence, Hanna se prend à rêver à une nouvelle vie, plus éclatante. Est-elle vraiment épanouie dans son hameau perdu, dans son mariage routinier ? Alors que Zelda lui conte son existence positive et joyeuse, Hanna se demande s’il est encore possible de changer la sienne…

  

♦ Les étoiles de Noss Head #4, Les Origines Première Partiede Sophie Jomain: Chaque fois que je croyais que notre vie était cousue de fil blanc, Leith et moi devions faire face à une nouvelle adversité, une nouvelle attaque. J’en venais à me demander si, un jour, nous goûterions à la paix à laquelle nous aspirions. Personne ne mesure l’immensité de sa chance quand il affirme que son existence est monotone. Personne. Aux innocents les mains pleines… C’est ce qu’on dit. Mais moi, je n’étais plus innocente du tout. Alors, que me réserverait le destin, cette fois-ci ? Que me volerait-il ? J’en avais une vague idée. J’allais devoir me préparer au pire.

♦ La Part des Flammes de Gaëlle Nohant : Mai 1897. Le Tout-Paris se presse à la plus mondaine des ventes de charité. La charismatique duchesse d’Alençon, petite soeur de Sissi, a pris deux jeunes femmes sous sa protection en dépit du qu’en-dira-t-on. Scellant le destin de ces trois héroïnes, l’incendie du Bazar de la Charité bouscule ce monde cruel et raffiné et plonge Paris dans le deuil. Mais il permet aussi des amours et des rapprochements imprévus, des solidarités nouvelles, des libertés inespérées. Car naître à soi-même demande parfois d’en passer par le feu.

♦ Influenza #1, Les Ombres du Ciel de Eric Marchal : 1941, île de Wight. La guerre ravage l’Europe et Alex Beaumont fête son diplôme de médecin. Alors que tout le disposait à une brillante carrière, il est contacté par le département des services secrets spécialisé dans la désinformation. Les Alliés s’intéressent à la grippe espagnole qui, en 1918, fit plus de morts que la Première Guerre mondiale. L’épidémie aurait été une arme biologique fabriquée par les Allemands, dont ils possèderaient encore des souches. L’opération Influenza est lancée : aux côtés d’une des premières femmes pilotes de la RAF, Alex traque, de Londres à Shanghai, une vérité qui pourrait sceller le sort du conflit mondial.

 

J’ai également eu droit à un livre offert puisque j’avais acheté deux livres publiés par Le Livre de Poche :

L'Enfant-rien

♦ L’enfant-rien de Nathalie Hug : Petit garçon étrange, Adrien guette chaque semaine l’arrivée du père de sa demi-sœur, dans l’espoir de recueillir un regard, une parole ou un geste tendre. S’il rêve d’un papa, Adrien veut surtout percer le secret de sa naissance, secret qu’il croit enfermé dans une boîte rouge, cachée hors de sa portée. Le jour où sa mère se fait renverser par une voiture et se transforme en « tas-de-fraises-à-la-crème », la possibilité d’une vie différente s’ouvre à lui. Mais Adrien, l’enfant-rien, peut-il vraiment trouver sa place dans une famille qui n’est pas la sienne ?

Rencontres

Saint-Maur en Poche 2016

Le 18 et 19 juin 2016 derniers se déroulait le Salon en plein air de Saint-Maur en Poche, mettant à l’honneur le livre de poche, notre fidèle compagnon de lecture. Je m’y suis rendue pour la première fois en compagnie d’Alexandra de Comme par Enchantements et nous avons passé une journée fantastique, marquée par les rencontres avec les auteurs, l’ambiance du salon et la découverte de nouvelles lectures possibles…

Le salon de Saint-Maur en Poche ne ressemble à aucun autre salon où j’ai pu me rendre jusqu’à présent, avec ses allées à ciel ouvert, ses petits stands et ses affiches colorées, l’ambiance est absolument géniale. On sent que le salon est vraiment dédié aux livres et au plaisir de lire, et le gros point positif : l’entrée est gratuite.
Je m’y suis rendue avec une petite pile de livres à faire dédicacer, mais malheureusement nous n’étions autorisés qu’à 4 livres par personnes, j’ai donc du faire l’aller/retour avec la consigne toute la journée parce que cela n’avait pas été précisé avant sur les réseaux sociaux ou sur le site internet du Salon. J’ai joué le jeu, et je ne regrette pas puisqu’au final j’ai pu faire dédicacer tous mes livres sans aucun problème, rencontrer tous les auteurs qui m’intéressaient et ce, sans attendre des heures ! Contrairement au Salon du Livre de Paris par exemple, les dédicaces se font relativement rapidement, nous pouvons prendre le temps de discuter avec les auteurs, d’échanger sur le livre avec eux et j’ai absolument adoré ça !

J’ai donc pu rencontrer Anna McPartlin, l’auteure des Derniers Jours de Rabbit Hayes que j’avais terminé quelques jours avant le salon, nous avons pu en parler rapidement, elle était ravie de voir que je l’avais apprécié. C’est un livre qui parle du cancer du sein et des derniers jours d’une femme atteinte de ce cancer, et même si le livre aborde un sujet fort et triste j’ai trouvé qu’il était plein d’espoir et de joie grâce à toute la famille de Rabbit. Anna McPartlin est vraiment une auteure adorable, nous avons même fait une petite photo et j’espère pouvoir la recroiser un jour prochain.

Je ne me souviens plus de l’ordre exact des autres dédicaces… Alors pardonnez-moi. J’ai pu revoir Sophie Jomain après l’avoir rencontrée en mars au Salon de Paris, et comme la dernière fois elle était très accessible et chaleureuse, j’ai fait dédicacer mon tome 2 des Etoiles de Noss Head et le tome 4 que j’ai acheté sur place, et le livre Quand la nuit devient jour qui m’a bouleversée. J’ai pu discuter de la fin avec Sophie Jomain qui est une fin extrêmement frustrante, et elle m’a expliqué qu’elle ne se voyait pas choisir pour Camille, qu’elle n’avait pas trouvé la force d’écrire une autre fin. C’est donc au lecteur de s’imaginer la suite…

Comme pour Sophie Jomain, j’ai revu Stéphane Michaka après l’avoir rencontré au Salon du Livre de Paris, cette foi-ci pour lui faire dédicacer le deuxième tome de Cité 19. Comme la première fois, il a pris le temps de discuter avec moi, on a pu parler des adolescents qui lisaient le livre qu’il trouvait un peu trop sombre parfois, et était étonné que des adolescents aussi jeunes se lance dans une telle lecture. Il a d’ailleurs reçu le prix des ados au Salon, un prix largement mérité !

J’ai aussi pu rencontrer deux auteurs dont j’ai acheté les romans sur place : Laurence Peyrin pour La Drôle de Vie de Zelda Zonk, qui m’a demandé mon avis sur la couverture du format poche (que je trouve magnifique !) et m’a souhaité d’aimer le livre, et Gaëlle Nohant pour La Part des Flammes, un roman historique pile comme je les aime qui m’a également conseiller de lire le livre Mousseline la Sérieuse de Sylvie Yvert sur Marie-Antoinette.

 

J’ai également pu rencontrer d’autres auteurs avec qui j’ai moins échangé, un peu impressionnée et ma timidité a repris le dessus. J’ai donc pu rencontrer Michel Moatti pour son livre Retour à Whitechapel, Kate Morton pour Le Jardin des Secrets, Victoria Hislop (qui était présente comme marraine du salon cette année) pour L’île des Oubliés, Catharina Inglemant-Sundberg pour Comment braquer une banque sans perdre son dentier, Katarina Bivald pour La Bibliothèque des Coeurs Cabossés et Nathalie Hug pour 1, Rue des Petits-Pas… En accompagnant Alexandra pour qu’elle fasse dédicacer ses livres, j’ai également pu approcher Franck Thilliez et David Foenkinos qui avaient fait le déplacement au Salon, et malgré les files d’attente (qui faisaient partie des plus longues), ils ont pris le temps de discuter avec chaque lecteur ce que je trouve vraiment admirable de leur part.

Un excellent salon donc, et j’ai déjà hâte d’y retourner l’année prochaine ! Pour voir toutes mes dédicaces, rendez-vous sur la page Facebook du blog : ici.