Chroniques Livres

Dans la vallée de Hannah Kent

Chez les Presses de la cité, Septembre 2018, 473 pages.
Ma note : 5/5 ♥


Quatrième de couverture :
Le temps semble s’être arrêté dans ce village du sud de l’Irlande égaré dans la vallée et battu par la famine. Nóra Leahy a perdu son mari et sa fille et se retrouve seule avec son petit-fils de quatre ans, infirme. Pourtant, Nóra s’en souvient : quelques années plus tôt, Micheál marchait et commençait déjà à parler. Que lui est-il arrivé ? A-t-il été changé, remplacé pendant la nuit par les fées qui auraient posé un démon dans le berceau ? Est-ce à lui que la vallée doit la malédiction qui la frappe ? Mary, la jeune servante que Nóra vient d’engager, se laisse impressionner par les commérages du village et les rapporte à sa maîtresse. Ensemble, les deux femmes se mettent en quête de la seule personne en mesure de sauver Micheál : une originale, qui vit seule dans la lande et parle le langage des plantes. Car, même si tout le monde s’en méfie, on sait que la vieille Nance Roche a le don. Qu’elle communique avec le peuple invisible. Et qu’il n’y a qu’elle pour faire revenir ceux qui ont été enlevés…

Mon avis :
Quelle découverte et quel voyage ! Dans la vallée est un roman absolument fabuleux qui a été une bouffée d’air frais pendant cette période des fêtes très chargée en librairie et au travail de manière générale. J’ai mis un peu plus d’une semaine pour le lire à cause de la fatigue, mais me plonger dans ce roman m’a fait un bien fou à chaque fois. Hannah Kent nous fait découvrir la communauté d’un petit village irlandais dans les années 1820 et s’inspire d’un fait divers : alors que Martin, le mari de Nora, décède subitement alors qu’il est en train de travailler les champs, elle se retrouve à devoir s’occuper seule de son petit-fils, âgé de quatre ans mais qui ne sait toujours ni marcher ni parler. Elle va alors tenter de faire appel à Nance Roche, guérisseuse et censée avoir le « don », pour tenter de le soigner et de récupérer son petit-fils. Car en effet, Nora est persuadée que Michéal a été enlevé par les fairies et que c’est un changeling qui a pris sa place. Aidé d’une jeune servante qu’elle a embauchée pour prendre soin du petit, elles va tenter divers remèdes suggérés par Nance Roche, qui elle-même va devoir faire face à des accusations de sorcellerie de la part du curé du village…

Les trois femmes vont alors nous emmenées à travers leurs expériences, leurs rencontres, leurs peurs, leur quotidien. Entre Nora, désespérée de retrouver son petit-fils, Mary la jeune servante qui s’est attachée au petit garçon et Nance qui est une femme qui ressent le poids des années sur ses épaules et doute de plus en plus de son « don », nous rencontrons trois personnages bien différents mais unis autour d’un même but : ramener le petit-fils de Nora et rendre le changeling aux bonnes gens. Le lecteur se prend au jeu au fil de la lecture : Nance parviendra t-elle réellement à ramener Michéal, ou les deux femmes font-elles fausse route ? Les trois personnages sont toutes les trois attachantes à leur façon : Nora dans sa peine, Mary dans son innocence et Nance dans son expérience et sa sagesse. Dans la vallée est un roman définitivement féminin qui nous en apprend un peu plus sur la condition de la femme dans l’Irlande des années 1820, mais qui nous plonge également dans un univers assez méconnu : les croyances d’un peuple rural. Ces légendes, rituels et coutumes qui nous sont présentés tout au long de l’histoire lui donne une saveur unique que j’ai énormément appréciée et qui en a fait un énorme coup de cœur, c’était comme si j’avais voyagé dans le temps.

Je remercie vraiment les éditions Presses de la Cité d’avoir publié un tel roman chez nous et je vous recommande vivement cette lecture si vous aimez les romans historiques de manière générale, l’univers irlandais ou les légendes de tout type. Cette histoire m’a transportée et son atmosphère qui devient de plus en plus sombre et oppressante, les risques pris par Nora pour retrouver son petit-fils étant de plus en plus grands et son désespoir grandissant au fil des chapitres. Mais malgré cette ambiance sérieuse, nous sommes toujours bercés par les croyances irlandaises, sous fond de fées, fairies, petit peuple, bonnes gens, remèdes anciens et rituels lui donne une ambiance unique et presque magique. L’écriture de Hannah Kent a été une véritable découverte et j’ai hâte de lire ses autres ouvrages !

Publicités
Chroniques Livres

Idiss de Robert Badinter

Chez Fayard, Octobre 2018, 226 pages.
Ma note : 4/5

Quatrième de couverture :
J’ai écrit ce livre en hommage à ma grand-mère maternelle, Idiss. Il ne prétend être ni une biographie, ni une étude de la condition des immigrés juifs de l’Empire russe venus à Paris avant 1914. Il est simplement le récit d’une destinée singulière à laquelle j’ai souvent rêvé. Puisse-t-il être aussi, au-delà du temps écoulé, un témoignage d’amour de son petit-fils.

Mon avis :
Je remercie les éditions Fayard et Netgalley France pour la lecture de cet ouvrage.

Première lecture d’un livre de Robert Badinter pour moi et cela a été une excellente surprise. J’avoue l’avoir demandé parce qu’il était en top des ventes, que beaucoup de clients me le réclamaient et que la curiosité l’a emportée. Cela a finalement été un excellent moment de lecture parce que l’écriture de Robert Badinter est extrêmement fluide, accessible et agréable et cela m’a permis de me plonger entièrement dans le récit de la vie de sa grand-mère. Cela me conforte dans l’idée de m’intéresser de plus en plus à des récits de ce type, à des témoignages et à sortir de ma zone de confort.

Idiss est une femme que l’on découvre petit à petit au fil des pages. Née en 1863, originaire de Bessarabie, un pays situé anciennement près de la Roumanie et décimé par la Shoah, elle se retrouve soudainement déracinée. Elle va perdre tous ses repères, devoir changer de vie, ses habitudes. Sa famille va d’abord déménager pour tenter de se reconstruire une vie à Paris et tenter de lancer une entreprise dans le textile, à partir de rien. Pour ensuite lui demander de la rejoindre, même si la barrière de la langue restera un gros handicap pour Idiss. C’est personnage à part entière, une femme qui a dû se reconstruire quand on l’a arrachée à son pays. Idiss a donc vécu une vie difficile, pleine de rebondissements que l’on découvre au fil des chapitres. Son histoire personnelle a été marquée par l’histoire globale, les migrations, l’antisémitisme, la violence, le nazisme de la seconde guerre mondiale, l’extermination des juifs…

Un témoignage qui rend hommage à cette femme avec beaucoup de pudeur et de respect. Une lecture très émouvante que je recommande vivement !

Chroniques Livres

Un rêve couleur de nuit de Sophie Nicholls

Chez Préludes, Octobre 2018, 416 pages.
Ma note : 4/5

Quatrième de couverture :
Ella Vickers mène une vie en apparence heureuse dans la petite ville de York. Auteure à succès, elle possède une charmante librairie située dans une rue pavée, est mariée à l’homme qu’elle aime et maman d’une adorable fillette. En réalité, Ella lutte pour trouver un équilibre entre sa vie de femme, de mère et ses activités professionnelles. De l’autre côté de l’Atlantique, sa mère, Fabia, remet en question son propre bonheur et ressent à distance la détresse de sa fille. C’est à ce moment-là qu’Ella fait la rencontre de Bryony Darwin, une étrange jeune femme à la recherche d’un livre sur les rêves… Elles dénichent bientôt un ouvrage ancien écrit par une mystérieuse guérisseuse du XVIIe siècle.
D’abord autopubliés et best-sellers au Royaume-Uni, les romans de Sophie Nicholls sont aujourd’hui traduits dans cinq langues. On retrouve avec ce nouvel opus l’univers peuplé de magie d’une conteuse hors pair, et les thèmes amorcés dans Une robe couleur de vent : l’amour, l’amitié et les rêves.

Mon avis :
Je remercie les éditions Préludes et Netgalley France pour cette lecture.
Sophie Nicholls est de retour avec son roman Un rêve couleur de nuit après Une robe couleur de vent, sorti l’année dernière chez nous (aussi chez Préludes). J’ai découvert l’autrice avec ce second opus, ce qui ne m’a pas empêché d’apprécier pleinement ma lecture bien qu’il s’agisse d’un second tome. Tout est fait afin que le lecteur ne soit pas perdu en cours de route et puisse découvrir les personnages même sans avoir lu les premières aventures de Fabia et d’Ella. D’après ce que j’ai pu comprendre en lisant le résumé du premier tome, il se focalisait principalement sur le personnage de Fabia, alors que celui-ci nous présente d’avantage Ella, qui doit mener de front sa vie de maman, sa vie de couple mais également la gestion de son commerce et l’écriture de son nouveau roman qu’elle ne parvient pas à avancer.

Ce roman a été une excellente lecture et une très bonne découverte, je regrette tout de même un peu de n’avoir pas découvert l’écriture de Sophie Nicholls avec le premier tome. J’ai vraiment vécu une lecture que je qualifierai de « cocon », un peu « feel good » et dont on ressort avec le sourire. Malgré tous les sujets forts abordés par l’autrice, les thèmes abordés à travers les personnages, les petites manipulations, les secrets de chacun, les doutes et les questionnements d’Ella, j’ai vraiment ressenti une atmosphère chaleureuse, sans doute grâce au soupçon de magie instauré dès le début. Car en effet, même si le roman se déroule à notre époque, dans notre monde contemporain, on y découvre tout un monde de sorcellerie, de magie, d’intuitions, de rêves… qui ajoute une petite pincée de merveilleux à la lecture et qui m’a beaucoup fait pensé aux séries Un soupçon de magie (disponible sur Netflix !) et à Ghost Whisperer, encore plus avec toutes les scènes dans cette librairie/café très accueillante.

Ella est une jeune femme qui doute énormément, qui se pose beaucoup de questions et à laquelle on ne peut que s’attacher. Elle n’est pas de ces héroïnes parfaites, sans défauts auxquelles il n’arrive que des choses merveilleuses. Elle a beaucoup de mal à gérer sa vie de jeune maman car cela n’a rien de naturel pour elle, mais également sa vie de couple qui bat un peu de l’aile car elle a perdu confiance en elle depuis son accouchement, et son commerce qui lui prend beaucoup de temps même si elle est passionnée. Son quotidien va être un peu chamboulé quand elle va rencontrer Bryony, une jeune femme qui va venir lui demander conseil pour un livre sur l’interprétation des rêves… Ella va alors lui présenter Miss Mary et son ouvrage datant du 17ème siècle, qui va nous même, en tant que lecteur, nous accompagner tout au long du roman en tête de chapitre.
C’est là que nous découvrons un peu plus Bryony, ses angoisses, ses intuitions, son compagnon autoritaire et manipulateur… Au fil du roman, les points de vue sont alternés et nous permettent de découvrir d’avantage chaque personnage, ainsi que ceux qui les accompagnent, nous faisant ainsi rencontrer d’autres personnages plus secondaires mais qui ont tous leur importance dans l’avancée de l’histoire. J’aurais beaucoup aimé en apprendre plus sur certains d’entre eux, notamment Selena, la sœur de Bryony, qui s’avère être également la collègue de Billy, l’époux de Ella. Mais également Fabia, la mère d’Ella, qui est donc de retour dans ce second roman, même si assez en retrait au début du roman, elle prend beaucoup plus d’importance dans l’intrigue dans la seconde partie. Je me ferai un plaisir de lire Une robe couleur de vent pour la découvrir plus en détails.

En conclusion, une excellente lecture. J’ai passé un très bon moment et il ne manquait pas grand chose pour que ce soit un coup de cœur, sans doute la lecture du premier volet pour compléter à l’univers et à la construction des personnages de Sophie Nicholls.

Chroniques Livres

Sur ordre de Dieu de Jon Krakauer

Chez les Presses de la Cité, Septembre 2018, 475 pages.
Ma note : ★★

Quatrième de couverture :
Utah. Une petite ville plantée dans le sillage de Salt Lake City, le fief de l’Église mormone. Le 24 juillet 1984, Allen Lafferty, mormon pratiquant, rentre chez lui après sa journée de travail, dans la maison qu’il habite avec sa jeune épouse et leur bébé de quinze mois. Quand il pousse la porte, l’horreur l’attend : Brenda et sa petite fille ont été sauvagement égorgées. En un instant, Allen est convaincu qu’il connaît les coupables. Et pour cause, ce sont ses frères.
À la barre des mois plus tard, Ron et Dan Lafferty ne nieront pas les faits. Pas plus qu’ils n’exprimeront le moindre remords. Les deux Lafferty sont des prophètes, Dieu parle à travers eux, il leur chuchote ses ordres. Pour eux, l’État n’existe pas. L’école ? Une machination. La médecine ? Un charlatanisme. Ron et Dan Lafferty ont quitté le giron des mormons pour embrasser une foi chrétienne radicale, dont l’un des piliers n’est autre que la polygamie. Et Brenda Lafferty avait commis l’erreur d’y être opposée…
Revenant sur les grandes heures de la fondation de la religion mormone et l’épineux dossier des sectes transfuges qu’elle a fait naître dans ses rangs, le maître de la narrative non fiction interroge les ressorts du fanatisme religieux et exhume l’une des affaires criminelles les plus retentissantes de l’histoire américaine des dernières décennies.

Mon avis :
Je remercie les éditions Les Presses de la Cité et Netgalley France qui m’ont permis cette lecture. Je me suis penchée sur ce nouvel ouvrage de Jon Krakauer en gardant un excellent souvenir de ma lecture de Into the Wild, qui avait été un coup de cœur à l’époque et dont l’adaptation reste un de mes films préférés aujourd’hui. La lecture de Sur ordre de Dieu a pourtant été en demi-teinte et même si elle m’a appris énormément de choses sur la communauté mormone, elle ne s’est pas avérée aussi exceptionnelle que Into the Wild.

Ce livre, qui combine les codes d’un essai, d’un témoignage et d’un récit, nous relate tout d’abord un fait divers, celui de la famille Lafferty. Alors que Allen rentre chez lui après une journée de travail, il découvre le corps de sa femme et de sa petite fille de quinze mois, toutes les deux mortes dans des conditions assez violentes. L’enquête révélera que c’est en fait les frères d’Allen qui sont les responsables, et que celui qui a porté les coups de couteau a été « guidé par Dieu ». C’est sur ce fait que débute le livre, nous relatant alors d’autres faits et récits du même acabit ailleurs aux Etats-Unis, tout en revenant régulièrement à ce point de départ.

Sur ordre de Dieu a le mérite de nous faire découvrir les fondements de la religion mormone qui compte près de 13 millions de membre dans le monde. Tout au long de son ouvrage, Jon Krakauer va s’intéresser à la violence religieuse et à l’extrémisme dans la religion mormone. La vision donnée des mormons demeure assez négative, puisqu’elle est associée à la violence tout au long du livre, et Jon Krakauer s’intéresse longuement au mariage plural, quelque chose qui est très éloigné de mes idéaux et j’ai eu du mal à adhérer aux témoignages. Cependant même si la religion mormone est une religion patriarcale fermement enracinée dans les traditions de l’ancien testament, aucun jugement personnel n’est émis, Jon Krakauer ne fait d’émettre des faits, relater et retranscrire des événements d’enquête ou des procédures judiciaires, citer des textes de références afin de tenter de comprendre ce qui a pu pousser à ces choix et ces comportements.

Je pense tout simplement que je ne suis pas assez familière avec le genre et que je m’attendais à autre chose en attaquant la lecture, à quelque chose de plus rythmé et de moins factuel. Les nombreuses citations et références à d’autres récits et textes m’ont beaucoup ralentie pendant ma lecture et j’ai ressenti de nombreuses longueurs. Les références à la religion mormone m’ont cependant énormément intéressée et je pense réellement que cet ouvrage pourra en intéresser beaucoup parmi vous, d’autant plus que Jon Krakauer à une écriture très facile d’accès et les chapitres courts permettent réellement de ne pas se perdre et de garder le fil des événements relatés. Cet ouvrage n’était donc pas totalement pour moi, mais je suis ravie de l’avoir lu et d’en ressortir avec des connaissances supplémentaires.

Adaptations·Chroniques Livres

Le livre perdu des sortilèges de Deborah Harkness

Chez Le Livre de Poche, Mai 2012, 832 pages.
Ma note : ★★★★★
Coup de cœur

Quatrième de couverture :
Diana Bishop est la dernière d’une longue lignée de sorcières, mais elle a renoncé depuis longtemps à son héritage familial pour privilégier ses recherches universitaires, une vie simple et ordinaire. Jusqu’au jour où elle emprunte un manuscrit alchimique : L’Ashmole 782. Elle ignore alors qu’elle vient de réveiller un ancien et terrible secret, et que tous – démons, sorcières et vampires – le convoitent ardemment. Parmi eux, Matthew Clairmont, un vampire aussi redoutable qu’énigmatique. Un tueur, lui a-t-on dit. Diana se retrouve très vite au cœur de la tourmente, entre un manuscrit maudit et un amour impossible.

Mon avis :
C’est en découvrant la série adaptée du roman que j’ai décidé de me plonger dans cette lecture. En effet, pour ceux qui l’ignorent, une nouvelle série intitulée A Discovery of Witches a débuté sa diffusion il y a quelques semaines en Angleterre et nous plonge dans un monde assez semblable au notre, mais peuplé de vampire, sorcières et démons… Tout un programme ! J’ai eu un véritable coup de cœur pour la série, et vu que j’entends beaucoup de bien de cette trilogie depuis sa sortie, j’ai enfin passé le cap et emprunté le premier tome à la médiathèque !

Le Livre Perdu des Sortilèges, c’est surtout la rencontre avec un personnage principal fort : Diana Bishop, une sorcière qui s’ignore et qui refuse d’avoir recours à ses pouvoirs. Installée à Oxford pour ses recherches sur l’alchimie, elle va littéralement chamboulé tout le monde des créatures surnaturelles en empruntant un manuscrit recherché de tous et qu’elle semble être la seule à pouvoir faire apparaître. Sollicitée alors par les sorcières qui veulent à tout prix mettre la main sur ce manuscrit, elle va également faire la rencontre de Matthew Clairmont, un vampire, qui va la prendre sous sa protection…

Mais ce roman, et ce premier tome, c’est bien plus qu’une histoire entre une sorcière et un vampire ou une petite guerre entre créatures. Si le résumé de base semble assez simple, une romance paranormale avec la quête d’un manuscrit magique, l’histoire se complexifie énormément au fil du roman et je pense que je ne suis pas au bout de mes surprise avec les tomes suivants vu la fin du premier ! En plus de l’aspect fantastique, on retrouve de nombreuses notions d’alchimie, de génétique qui donnent de vraies bases solides à l’univers créé par Deborah Harkness autour de ses personnages, c’est une mythologie que l’on prend un réel plaisir à découvrir au fil des pages. C’est un roman à la croisée des genres, qui mêle fantastique, romance et qui tend presque vers le roman historique.

Je ne me suis pas ennuyée une seconde, entre la personnalité forte de Diana qui ne se fait pas marcher sur les pieds et qui refuse fréquemment que l’on prenne des décisions à sa place, la relation qui s’établit entre elle et Matthew et le danger que cela implique, l’entourage des deux qui nous présente des personnages secondaires incroyables, mais également la multitude de scènes d’actions (qui n’arrivent que dans la seconde partie du roman, donc soyez prévenus que la première partie peut vous sembler un peu lente), de révélations et de rebondissements… L’écriture de Deborah Harkness nous plonge dans cet univers, ce monde à part mais pourtant si proche du notre, ce qui permet réellement de s’attacher aux personnages. Avoir visité Oxford cet été m’a permis de me sentir encore plus proche des événements puisque je connaissais les lieux décrits !

Le vouvoiement entre Diana et Matthew m’a cependant un peu déstabilisée après un certain moment, je l’ai trouvé assez hors de propos et j’attendais vraiment qu’ils passent au tutoiement… j’attends donc de voir ce qu’il en sera dans les tomes suivants. J’espère également vraiment en découvrir plus sur les personnages secondaires et le passé de certains personnages comme Miriam par exemple. En conclusion, un énorme coup de cœur et je me retiens de me jeter sur le tome 2 parce que j’ai d’autres lectures qui m’attendent pour le moment.
J’ai eu beaucoup de mal à lâcher le livre, tout en ayant envie de le faire durer au maximum ! Je recommande vivement à la fois ce roman, mais également la série qui est totalement addictive et que j’attends impatiemment chaque semaine… Je vous laisse découvrir la bande-annonce :

Chroniques Livres

Grace and Fury #1 de Tracy Banghart

Chez Hachette Romans, Septembre 2018, 360 pages.
Ma note : ★★★★☆

Quatrième de couverture :
« Il était interdit aux femmes de lire. Il était interdit aux femmes de faire quoi que ce soit, vraiment. »
Toute sa vie, Serina a été formée pour devenir Grâce : une femme choisie pour son élégance, sa beauté, et pour se tenir aux côtés du roi. Cette année, c’est le prince héritier, Malachi, qui va choisir sa compagne. Serina se rend donc dans la capitale de Viridia accompagnée par sa sœur, Nomi, qui deviendra sa servante. La première y voit l’opportunité de sauver sa famille de la pauvreté ; la seconde n’y reconnaît qu’un exemple de plus de l’oppression des femmes. Contre toute attente, c’est Nomi qui est choisie pour devenir Grâce. Mais elle cache aussi un lourd secret : elle sait lire, une activité interdite aux femmes de ce pays. Lorsque les deux sœurs sont surprises en possession d’un ouvrage que Nomi a volé dans la bibliothèque royale, Serina se dénonce aussitôt comme coupable. Elle est alors envoyée sur le mont aux Ruines : une île devenue prison pour femmes.
Si elle veut survivre, Serina devra s’endurcir. De son côté, Nomi la rebelle devra faire semblant de se soumettre aux règles du palais afin de gagner l’influence nécessaire pour délivrer sa sœur. C’est un livre, caché dans les affaires de Nomi, qui lui fait entrevoir la vérité. Et si Viridia avait autrefois été dirigée par des femmes ? Si la personne qui lui avait laissé le livre était un allié ?

Mon avis :
Je remercie les éditions Hachette et NetGalley de m’avoir permis de découvrir ce roman.

Grace and Fury est un premier tome totalement addictif que j’ai eu beaucoup de mal à lâcher avant de l’avoir terminé. Tracy Banghart parvient à nous embarquer tout de suite dans le vif du sujet sans nous perdre en cours de route et c’est très appréciable. Si le début m’a largement fait penser à la saga La Sélection de Kiera Cass (publié chez Robert Laffont dans la Collection R) et à d’autres séries de YA un peu historiques du même genre comme on a pu en voir beaucoup, passé les premiers chapitres nous rentrons dans un univers vraiment original que j’ai absolument adoré.

Nous découvrons l’histoire de Serina et Nomi, deux sœurs qui n’ont pas grand chose en commun à part l’affection qu’elles ont l’une pour l’autre. Alors que la première a toujours été formée pour devenir une Grâce, la future compagne de l’Héritier du royaume, Nomi a quant à elle été formée pour devenir sa suivante. Elles n’ont donc pas du tout les mêmes intérêts et encore moins le même tempérament. Mais contre toute attente, c’est Nomi qui se fait remarquer de Malachi, l’Héritier, et qui va être choisie à la place de sa soeur pour devenir une Grâce. Serina quant à elle, va être prise de cours face à cette annonce et va devoir devenir une suivante le plus rapidement possible et soutenir sa soeur dans cette nouvelle étape de sa vie. C’est en tentant de lui changer les idées qu’elle va être arrêter, surprise en possession d’un livre alors que c’était Nomi la vraie coupable, ce qui est strictement interdit pour une femme. Serina va alors être envoyée au Mont Destruction, ou une toute autre destinée l’attend : se battre littéralement pour sa survie.

J’ai absolument adoré l’évolution des deux personnages principaux et la relation qu’elles entretiennent au début du roman. Quand Nomi est choisie à la place de Serina, je m’attendais à ce que cette dernière veuille se venger à tout prix, et elle choisit plutôt de soutenir sa sœur malgré sa peine. J’ai trouvé le choix de Tracy Banghart très original, parce que les familles qui se déchirent en romans YA on en a déjà vu beaucoup ! Les deux sœurs évoluent énormément au cours de ce roman, qui n’est pourtant qu’un premier tome. Chacune de leur côté, elles vont faire face à des épreuves et un monde brutal qu’elles n’avaient jamais pu imaginer puisqu’elles se retrouvent à suivre un chemin qui n’était pas celui tracé pour elle à la base. Nomi va devoir apprendre à devenir discrète, à séduire l’Héritier et son entourage pour savoir ce qu’est devenue sa sœur et tenter de la secourir, et Serina va devoir apprendre à se battre pour sa survie. Chacune va devoir se méfier de son entourage, car ni au palais ni au Mont Destruction on ne sait vraiment à qui se fier.

Un premier tome totalement addictif, dans lequel on rentre immédiatement grâce aux chapitres aux points de vue alternés entre les deux sœurs, impossible de s’ennuyer. Je tiens également à souligner l’aspect féministe de ce roman, tous les éléments qui sont interdits aux femmes et qui sont petit à petit expliqués au fil du récit, et ces héroïnes terriblement fortes qui vont tenter de faire revenir les choses dans le droit chemin… cela ne peut que nous parler dans notre société actuelle. J’ai terriblement hâte de découvrir la suite, car la dernière partie de ce premier tome était haletante au possible ! Je vous conseille vraiment de découvrir ces deux héroïnes et l’univers de Tracy Banghart !

Chroniques Livres

La Cour d’Onyx #1 – Minuit jamais ne vienne de Marie Brennan

Chez L’Atalante, février 2018, 352 pages.
Ma note : ★★★☆☆

Quatrième de couverture :
À la fin du XVIe siècle, l’Angleterre prospère sous le règne d’Élizabeth, première du nom et dernière monarque de la lignée des Tudor. Sous Londres s’étend le palais tentaculaire d’Invidiana, la reine des fae, qu’elle gouverne en maîtresse inflexible. Son pouvoir est le reflet ténébreux de la gloire éclatante dont s’entoure la dernière des monarques Tudor. Dans ce palais d’Onyx, les fae n’ont pas à craindre le fer et la foi chrétienne que les mortels utilisent contre eux pour se protéger de leurs méfaits.
Depuis trente ans, les affaires des deux cours sont toutefois étroitement liées. Un pacte mystérieux, tragique peut-être, unit les deux souveraines. Car si, chez les mortels, rois et amours sont éphémères, les fae les jalousent pour les passions qui animent leur vie.
Un courtisan humain et une fae en disgrâce découvrent peu à peu les alliances et les trahisons qui gangrènent les deux trônes. Ensemble, ils ont une chance de révéler la source du pouvoir d’Invidiana et, peut-être, de rétablir un peu de justice, d’harmonie et de confiance dans une société de haine et de violence.
Une œuvre baroque, où se mêlent l’histoire et la fantasy, fort bien documentée sur la vie à la cour d’Élizabeth et les drames politiques qui s’y sont joués, et riche de tout le folklore du Petit Peuple des îles britanniques.

Mon avis :
Voici une lecture qu’il a été difficile de sortir de ma PAL parce qu’il a fallu que je trouve le bon moment pour la lire. J’avais pourtant demandé aux éditions l’Atalante de me l’envoyer et je les remercie grandement d’avoir accepté. Mais le mélange historique/fantastique qui me faisait énormément envie n’a pas été facile à caser dans mon planning chargé, entre les études, le travail, les examens, puis la reprise d’un nouveau travail… C’est finalement mon envie de me replonger dans des romans historiques qui m’a enfin poussée à le lire !

Cette lecture a été une véritable découverte : celle de son autrice Marie Brennan, que j’avais envie de lire depuis la sortie de ses romans « Mémoires, par Lady Trent » dont j’avais entendu beaucoup de bien. C’est finalement en voyant ce petit dernier sur table en librairie, qui mêlait fantastique et époque Élisabéthaine que j’ai décidé qu’il était plus que temps de me lancer. Marie Brennan a prouvé dans ce roman qu’elle a la capacité de mélanger fantastique et historique sans tomber dans le « trop ». Grâce à l’alternance des chapitres dans la cour d’Elizabeth et ceux dans la cour d’Onyx, nous découvrons les deux univers, les deux personnages principaux qui vont nous guider au fil de notre lecture et nous rencontrons surtout l’univers des faes qui peuplent secrètement Londres.

Je dois avouer avoir d’abord eu quelques difficultés à rentrer dans ma lecture. Non pas à cause de l’écriture que j’ai trouvé particulièrement fluide et que j’ai beaucoup appréciée, notamment grâce à des chapitres assez courts et un roman divisé en plusieurs actes. Le roman présente cependant énormément de personnages, de lieux, nous avons droit à des sauts dans le temps avec la présence de souvenirs… Beaucoup de détails qu’il fallait garder en tête pour ne pas se perdre au détour d’une page. Il m’a fallu arriver à la moitié du roman avant de vraiment m’habituer à ces différents points de vue, à comprendre vraiment quels étaient les enjeux de l’intrigue, le but des différents personnages et les relations qu’ils entretenaient les uns avec les autres.

Cependant, je connais plutôt assez bien l’époque abordée dans le roman et j’ai vraiment adoré la découvrir sous un nouveau jour, sous de nouvelles perspectives. On ressent lors de la lecture que Marie Brennan s’est énormément documentée sur l’époque et le règne d’Elizabeth, les relations entre les personnages et les différents complots et manipulations dont nous sommes témoins sont extrêmement bien ficelés. La seconde moitié du roman se lit donc beaucoup plus facilement une fois que l’on s’est habitué à l’univers. On y découvre des personnages historiques, associés à des personnages inventés par l’auteure, le tout alterné avec l’univers des faes qui est incroyablement riche et intéressant.

Une lecture que j’ai donc trouvée trop lente au début, ce qui se justifie pourtant : il s’agit d’un premier tome qui doit poser les bases d’un univers fantastique mélangé à des faits historiques réels. Il est nécessaire d’avoir un début solide sur lequel s’appuyer pour ne pas se perdre en cours de route pour les prochains tomes, mais cela pourrait décourager certains lecteurs… J’ai en tout cas hâte de découvrir la suite ! 🙂