Chroniques Livres

La femme qui tuait les hommes de Eve de Castro

Chez Robert Laffont, janvier 2018, 288 pages.
Ma note : ★★★☆☆

Quatrième de couverture :
Paris, 2017. Saint-Pétersbourg, 1909. Une rencontre sur un quai de métro. Un hallucinant fait divers. Un voyage entre deux mondes où se noue le destin d’une couturière octogénaire, d’un écrivain coureur de jupons, du jeune Lénine et d’une terrible justicière. Une comtesse savoyarde y côtoie un poseur de rails et un cirque ambulant. De la Russie pré-révolutionnaire au Paris littéraire, mêlant humour, tendresse et gravité, Eve de Castro nous embarque, nous bouscule, nous envoûte.

Mon avis :
Ce livre m’a été envoyé par Filipa et les éditions Robert Laffont, je tiens à les remercier de m’avoir permis cette lecture. La femme qui tuait les hommes m’intriguait énormément à cause de son titre. Je n’ai jamais rien lu d’Eve de Castro, ça a donc été une totale découverte. Une lecture qui a finalement été en demi-teinte mais qui ne m’empêchera pas de découvrir ses autres ouvrages parce que j’ai quand même passé de bons moments.

Ce roman se déroule sur deux chronologies, mais les histoires finissent bien évidemment par se croiser et les personnages sont liés d’une façon ou d’une autre, nous nous en doutons dès le début de la lecture. À travers les personnages de Jeanne et de Léna, nous découvrons deux quotidiens très différents, mais pourtant pas si éloignés. Elles sont femmes, elles sont solitaires, elle sont brisées. Jeanne, couturière retraitée, a été manipulée toute la vie par les hommes. Léna, quant à elle, venge les autres femmes et les enfants en assassinant les hommes violents. Nous allons donc être embarqués sur les pas de cette fameuse Léna, une jeune femme russe amoureuse du futur Lénine, condamnée à mort en 1909 pour avoir tué près de 300 hommes. C’est cette histoire de meurtre qui nous est vendue dans le résumé et par le titre du roman, mais cet élément n’arrive qu’assez tard dans le roman et cela m’a pas mal déçue. Je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus mouvementé, de plus rapide et j’ai finalement dû attendre une mise en place avant d’attaquer le vif du sujet, ce que j’ai trouvé long pour un roman « si » court.

Si j’ai bien apprécié la première partie avec la présentation des personnages et l’alternance des deux époques et des deux points de vue, je me suis parfois perdue dans la chronologie des événements. Nous nous perdons entre Jeanne, son passé, ainsi que Léna et son histoire. Je pense que je n’ai sans doute pas lu ce roman au bon moment : même s’il est court, il se passe beaucoup de chose et je l’ai trouvé assez dense. J’avais beaucoup de choses en tête et je pense vraiment que je l’aurais beaucoup plus apprécié si je l’avais lu à un moment moins compliqué pour moi.

J’ai trouvé certains passages absolument magnifiques et j’ai même relevé certains dialogue que j’ai trouvé sublimes. L’écriture d’Eve de Castro m’a charmée et je réitérerai l’expérience avec grand plaisir.

Publicités
Chroniques Livres

Collaboration horizontale de Navie et Carole Maurel

Chez Delcourt / Mirages, janvier 2017, 144 pages.
Ma note : ★★★★★
Coup de cœur ! ♥
Quatrième de couverture :
1942, Paris, Passage de la Bonne Graine. Rose, pour sauver son amie juive, Sarah, décide d’intervenir auprès de l’officier chargé de l’enquête, Mark. Rose est mariée à un prisonnier de guerre, avec qui elle a un enfant. Pourtant elle va se lancer dans une passion avec cet Allemand qui va lui révéler la femme qu’elle est. « Collaboration Horizontale », c’est l’histoire d’un amour interdit, d’une communauté de femmes solidaires, du quotidien d’un immeuble sous l’occupation… Entre héroïsme et trahison, il n’y a qu’un pas, souvent dangereux.
Mon avis :
Collaboration Horizontale a été une vraie claque, un formidable coup de cœur. Une bande dessinée qui nous présente la France sous l’occupation allemande, en 1942, et plus précisément les habitants d’un immeuble en particulier. Nous découvrons donc Andrée, la gardienne et Camille, son époux aveugle. Mais aussi Rose, infirmière dont l’époux et parti au front. Sarah, une femme juive qui se cache dans l’immeuble avec son fils Anaël, atteint de la polio. Joséphine, une danseuse de cabaret profondément mélancolique. Henriette, une femme âgée qui prétend être sénile mais qui a en réalité les idées bien en place… Tous ces personnages vont nous partager une tranche de leur vie, leurs réactions face aux allemands et la situation politique de la France : quand certains choisissent de s’arranger avec les nazis, d’autres aimeraient s’engager dans la Résistance.
Cette bande-dessinée, c’est aussi la rencontre de Rose avec Mark, officier allemand, et le début d’une passion dévorante. Une relation totalement interdite, qu’ils cachent parce qu’ils savent bien qu’elle n’attirerait que des ennuis. Mais le comportement de Rose change, ses amies s’inquiètent, la critiquent… Les personnages évoluent doucement, nous sommes témoin de l’amour de Rose et Mark, nous aimerions tant pouvoir les aider.
Une histoire magnifique mais terriblement triste, la fin m’a brisé le cœur. Je vous recommande vivement cette bande-dessinée, à tous.
En dehors de l’histoire, les illustrations sont absolument magnifiques et nous offrent quelques planches que j’ai absolument adoré et parfois pris quelques minutes pour les observer en détails, faisant une pause dans ma lecture pour les admirer. C’est un véritable travail graphique original, avec un joli traitement des couleurs qui colle parfaitement avec le sujet historique. Voici trois photos pour vous donner un exemple de ce qui vous attend si vous vous laissez tenter, ce que je souhaite réellement :
ch
Chroniques Livres

Le club de l’Ours Polaire #1, Stella et les mondes gelés de Alex Bell

Chez Gallimard jeunesse, janvier 2018, 368 pages.
Illustré par Tomislav Tomic / Traduit par Faustina Fiore
Ma note : ★★★★☆
Quatrième de couverture :

Stella Flocus Pearl a toujours voulu accompagner son père sur les terres inconnues de ses voyages. Son rêve se réalise le jour de ses douze ans : partir en exploration avec le Club de l’Ours Polaire ! Aux côtés d’un chuchoteur de loups, d’un magicien snob et arrogant et d’un demi-elfe timide et maladroit, Stella se lance à la conquête des étendues polaires. Mais une catastrophe vient bouleverser l’expédition et d’innombrables dangers se dressent bientôt sur leur chemin. Un univers magique peuplé de fées et de yétis, d’engeleurs et de pirates des neiges…

Mon avis :
Voici un roman que je n’avais absolument pas vu passer sur les réseaux sociaux ou en librairie à sa sortie. Ce n’est qu’en me rendant en librairie pendant ma semaine de cours que je l’ai vu au rayon jeunesse et que j’ai été attirée par sa couverture pleine de détails et par son titre accrocheur : Le club de l’Ours Polaire. Une camarade de promotion l’avait reçu en service de presse et me l’a donc prêté, je l’ai lu d’une traite en deux jours à peine tant l’histoire m’a tout de suite entraînée au fil des pages !
Nous découvrons le personnage de Stella Floccus, une toute jeune adolescente qui rêve de rejoindre le Club de l’Ours Polaire, dans lequel son père adoptif part toujours à l’aventure. Malheureusement, elle n’a pas le droit d’en faire partie parce qu’elle est une fille. Félix, son père adoptif qui l’a trouvé lors d’une expédition, alors qu’elle n’était qu’un bébé et déposée dans la neige, va cependant tout faire pour l’embarquer avec lui dans cette nouvelle expédition qui s’annonce plus intéressante que jamais : partir au point le plus froid du Pôle. Il faut dire que ce serait un magnifique cadeau d’anniversaire pour la jeune fille qui rêve d’aventures. Stella va alors faire la connaissance trois autres jeunes aventuriers embarqués, comme elle, dans ce voyage. Mais dès le premier jour, les quatre jeunes vont se retrouver séparés des adultes et devoir faire route par leurs propres moyens…
Ce premier tome est un sublime hommage à la Croisée des Mondes, aux Chroniques de Narnia, à Harry Potter et à toutes ces sagas jeunesse que nous avons pu lire pendant nos plus jeunes années, je pense que cette nouvelle trilogie a tout pour devenir culte dans le rayon jeunesse : des personnages attachants, des rebondissements à la pelle, des animaux mignons et des créatures que l’on a un peu moins envie de câliner, des paysages enneigés, de la magie et du fantastique et surtout une quête d’identité pour le personnage principal qui part donc dans un voyage terriblement intéressant !
Malgré tout, on pourrait lui reprocher justement d’être trop ressemblant à toutes ces sagas bien connues, mais je pense vraiment que les tomes suivants sauront se montrer plus originaux et que ce tome-ci était surtout introducteur aux personnages et à l’univers en général. En tout cas, la fin de ce premier tome laisse présager une direction un peu plus sombre pour la suite… J’ai hâte de la découvrir !
Bookhaul

Ces nouveautés qui m’intéressent… #1

Voici un petit rendez-vous que j’aimerais vous proposer de manière régulière, afin de parler de sorties récentes qui pourraient bien rejoindre ma pile à lire. Des sorties dont on ne parle pas forcément sur les réseaux sociaux, blogs, Instagram ou Youtube. D’autres qui, au contraire, feront phénomène dès leur sortie. Je ne critique absolument pas les livres qui bénéficient d’une plus grande mise en lumière que d’autres, mais avec toutes les nouveautés qui arrivent en librairie chaque semaine, il est parfois difficile pour un auteur et un ouvrage de se faire une place. Etant la plupart du temps en librairie, j’ai la chance de voir arriver des livres qui pourraient être de petites pépites si seulement on leur donnait une chance.

J’espère pouvoir en lire un maximum, mais avec l’approche de mes examens et mon mémoire que je dois préparer au maximum, je ne promets rien. J’espère également que cet article pourra vous faire découvrir quelques titres qui vous feront envie ! 🙂


Où passe l'aiguilleOù passe l’aiguille de Véronique Mougin (Flammarion – 21.00€ – 31/01/2018)
Et voici Tomas, dit Tomi, gaucher contrariant, tête de mule, impertinent comme dix, débrouillard comme vingt, saisi en 1944 par la déportation dans l’insouciance débridée de son âge – 14 ans. Ce Tom Sawyer juif et hongrois se retrouve dans le trou noir concentrationnaire avec toute sa famille. Affecté à l’atelier de réparation des uniformes rayés alors qu’il ne sait pas enfiler une aiguille, Tomas y découvre le pire de l’homme et son meilleur : les doigts habiles des tailleurs, leurs mains invaincues, refermant les plaies des tissus, résistant à l’anéantissement. À leurs côtés, l’adolescent apprendra le métier. Des confins de l’Europe centrale au sommet de la mode française, de la baraque 5 aux défilés de haute couture, Où passe l’aiguille retrace le voyage de Tomi, sa vie miraculeuse, déviée par l’histoire, sauvée par la beauté, une existence exceptionnelle inspirée d’une histoire vraie.


Le gang des prodiges t.1Le gang des prodiges #1 de Marissa Meyer (Pocket Jeunesse – 19.90€ – 01/02/2018)
Il y a plus de dix ans, les Renégats, un groupe d’hommes et de femmes détenteurs de pouvoirs surhumains, ont vaincu les super-vilains. Ils font désormais régner la paix et la justice. Cependant les super-vilains n’ont pas disparu… Parmi eux, Nova, qui continue à lutter contre les Renégats, responsables de la mort de sa famille. Prête à tout, elle infiltre leur repaire. Mais lorsqu’elle se lie d’amitié avec le fils adoptif des deux principaux Renégats, ses certitudes vacillent…


Amour monstre de Katherine Dunn (Gallmeister – 11.80€ – 01/02/2018)
La joyeuse famille Binewski est tout sauf banale. Ivres d’amour et nourrissant de grands projets pour leur spectacle itinérant, Al et Lil décident d’engendrer à coup d’amphétamines et de radiations la plus belle brochette de phénomènes de foire au monde. Et les résultats sont impressionnants ! Pour autant, cette famille d’enfants montres est habitée de passions bien humaines… Un roman culte finaliste du National Book Award et best-seller aux États- Unis depuis vingt-cinq ans.

Le collectionneurLe collectionneur de Christine Orban (Libretto – 7.70€ – 01/02/2018)
« Il s’agit d’une pièce unique au monde. Une pièce qu’aucun collectionneur, même dans ses rêves les plus fous, n’aurait espéré rencontrer une fois dans sa vie, et encore moins posséder. » L’apparition de cette prodigieuse monnaie va entraîner deux hommes qu’animent une passion et un sens de l’honneur hors du commun dans un affrontement sans concessions et provoquer un effroi insondable proche de la malédiction. Un huis clos plein de mystère, de raffinement et de rebondissements.

Jeux de miroirsJeux de miroirs de Eugen-Ovidiu Chirovici (Pocket – 7.40€ – 01/02/2018)
Cette fois, il tient peut-être un best-seller. Pour Peter Katz, agent littéraire, le manuscrit qu’il reçoit a tout pour faire un succès : l’assassinat à Princeton du professeur Wieder, star de la psychologie cognitive, est un mystère vieux de trente ans… Le voilà raconté noir sur blanc, de l’intérieur : jeux de pouvoir, triangle amoureux, tout est là. Mais le texte s’arrête à la nuit du meurtre et son auteur vient de mourir… Qu’à cela ne tienne, Katz embauche un journaliste d’investigation pour écrire la suite du livre. De souvenirs en faux-semblants, celui-ci va se retrouver pris au piège d’un maelström de fausses pistes. Et si la vérité n’était qu’une histoire parmi d’autres ?

Demain les chatsDemain les chats de Bernard Werber (Le Livre de Poche – 7.30€ – 31/01/2018)
À Montmartre vivent deux chats extraordinaires. Bastet, la narratrice qui souhaite mieux communiquer et comprendre les humains. Pythagore, chat de laboratoire qui a au sommet de son crâne une prise USB qui lui permet de se brancher sur Internet. Les deux chats vont se rencontrer, se comprendre s’aimer alors qu’autour d’eux le monde des humains ne cesse de se compliquer. A la violence des hommes Bastet veut opposer la spiritualité des chats. Mais pour Pythagore il est peut être déjà trop tard et les chats doivent se préparer à prendre la relève de la civilisation humaine.
Et vous, avez-vous vu des sorties qui vous tentent particulièrement ?
Challenge

Challenge livresque – La Coupe des Quatre Maisons

C’est en lisant l’article de mon amie Alexandra du blog Comme par Enchantements que je me suis aperçue que je ne vous avais jamais parlé de ce challenge, qui me motive à lire pourtant depuis plusieurs mois !

La Coupe des Quatre Maisons se déroule sur un groupe Facebook (et sur le forum de Livraddict si je ne dis pas de bêtises, mais pour ma part, c’est uniquement sur le réseau social et sur mon petit bullet journal). Le principe est de lire pour valider des items (qui ont tous un rapport avec l’univers de Harry Potter), qui représentent chacun des objectifs et sont répartis selon différentes années. Plus l’année est élevée, plus vous rapporterez de points à votre maison. Il y a bien sûr un certain nombre de règles, mais rien de bien méchant. Chaque item n’est valable que deux fois, mais la seconde validation ne rapporte que la moitié des points… il est donc plus intéressant de valider d’abord les items une première fois avant de les valider une seconde fois, le but étant de gagner le plus de points possibles.
Certains événements éphémères permettent également de ramener encore plus de points, avec parfois des semaines avec des années comptent-double ou des items éphémères comme cela a été le cas à Halloween (il fallait qu’une friandise figure sur la couverture) ou Noël (Noël devait être dans le titre du livre) par exemple. Le challenge a débuté le 1er septembre 2017 et s’achèvera le 29 juin 2018, une véritable année scolaire faite de lectures !

C’est la première année que je participe à ce challenge, que je trouve absolument génial. L’ambiance sur le groupe est très détendue, et même si nous défendons chacun notre maison préférée (je suis bien sûr chez Serdaigle, au cas où vous n’auriez pas deviné 😉 ), nous restons toujours courtois et dans l’optique de partager au maximum autour de la lecture !

Voici donc l’article qui résumera mon challenge, je pense le mettre à jour tous les mois, pour éviter d’avoir à le modifier trop régulièrement. N’hésitez pas à rejoindre le groupe du challenge, vous pouvez ainsi rejoindre les listes d’attente (des places se libèrent régulièrement) ou vous préparer pour l’année prochaine !

À ce jour, j’ai ramené 3030 points à Serdaigle !


Première année : items à 10 points

  • Le monstrueux livre des monstres : un livre que vous n’avez pas réussi à terminer
    1. L’appel du néant de Maxime Chattam (10 points)
  • Mimi Geignarde : un livre dont vous n’aimez pas la couverture
    1. La femme qui tuait les hommes de Eve de Castro (10 points)
  • Gobelbabil : un livre dont le titre est en anglais (mais dont le corpus n’est PAS en anglais)
  • Maison de Poudlard : un livre aux couleurs de la maison qui vous correspond le MOINS
    1. Le mystère du gang masqué de Ken Follett (10 points)
  • Plume à papote : un livre dont vous entendez parler depuis longtemps
    1. L’attrape-coeurs de J.D. Salinger (10 points)
    2. Songe à la douceur de Clémentine Beauvais (5 points)
  • Philtre de Romilda Vane : Un roman d’amour
    1. Fais-moi taire si tu peux ! de Sophie Jomain (10 points)
  • Mornille : un livre qui coûte moins de 10 euros (hors livres numériques et hors livres d’occasion)
    1. La crise du livre de Henri Bailliere (10 points)
  • Livre invisible de l’invisibilité : un livre auto-édité
  • Reducto : un livre de moins de 150 pages
    1. Histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler de Luis Sepulveda (10 points)
  • Rictusempra : un livre dont vous avez adoré la fin
  • Oubliettes : lire ou relire un des 3 spin-offs de Harry Potter.
    1. Les Contes de Beedle le Barde (20 points, semaine compte double)
    2. Les Animaux Fantastique (10 points, semaine compte double)
  • Choixpeau magique : un livre choisi par quelqu’un d’autre
  • Histoire de Poudlard : un livre que vous avez déjà lu avant
  • Farces pour sorciers facétieux : un livre qui vous a fait rire
    1. Quand tu descendras du ciel de Gabriel Katz (10 points)
  • Le Survivant : un livre dont les chapitres ont des titres
    1. Moonrise de Sarah Crossan (10 points)
    2. The Weight of Water de Sarah Crossan (5 points)

Deuxième année : items à 20 points

  • Eckeltricité : un livre numérique
    1. Tension extrême de Sylvain Forge (20 points)
  • Pétards surprises : un livre que l’on vous a offert
    1. Les sautes d’humour de Jane Austen (20 points)
  • Obscurus Books : un livre édité dans votre maison d’édition préférée
    1. La Faucheuse de Neal Shusterman (Robert Laffont) (20 points)
  • Boursouflet : un livre de poche
    1. L’alchimiste de Paulo Coelho (20 points)
    2. Le Diable de la Tamise de Annelie Wendeberg (10 points)
  • Chicaneur : un livre publié il y a moins de 3 mois
    1. Les Loyautés de Delphine de Vigan (20 points)
  • Retourneur de temps : un livre édité l’année dernière
    1. Juste quelqu’un de bien de Angela Morélli (20 points)
    2. Une histoire des abeilles de Maja Lunde (10 points)
  • Niffleur : le 1er tome d’une saga
    1. Le premier défi de Mathieu Hidalf de Christophe Mauri (20 points)
  • Dobby : un livre de fantasy
  • Bal de Poudlard : un livre avec une robe sur la couverture
  • Violette et la Grosse Dame : un livre dont la 4e de couverture est dans la continuité de la 1ère et du dos
    1. Joyeux suicide et bonne année ! de Sophie de Villenoisy (20 points)
  • Arithmancie : un livre de science-fiction
  • Dudley : un one-shot
    1. Ma mère, la honte ! de Hubert Ben-Kemoun (20 points)
  • Dennis Crivey : un livre d’une jeune maison d’édition
    1. Mille Soleils de Nicolas Delesalle (chez Préludes) (20 points)
    2. Il est toujours minuit quelque part de Cédric Lalaury (chez Préludes) (10 points)
  • Brasier obscur : un livre à la couverture en noir et blanc
    1. Entre mes mains le bonheur se faufile de Agnès Martin-Lugand (20 points)
  • Mrs Pince : un livre que vous avez emprunté
    1. Le crime de l’Orient-Express de Agatha Christie (20 points)

Troisième année : items à 30 points

  • Photographie enchantée : un livre qui a été adapté au cinéma ou en série (ou qui va prochainement l’être)
    1. L’appel du coucou de Robert Galbraith (30 points)
  • Mandragore : un livre avec des plantes sur la couverture (pas de fleurs)
  • Scrutoscope : un livre d’horreur ou d’épouvante
  • Expecto Patronum : le premier livre publié d’un auteur
    1. L’homme craie de C.J. Tudor (30 points)
  • Collier d’opale : un livre où il est question de malédiction
    1. La peau de chagrin de Honoré de Balzac (30 points)
  • Beauxbâtons : un livre dont l’auteur est français
    1. Le faire ou mourir de Claire-Lise Marguier (30 points)
  • Gallions : un livre qui coûte plus de 18€
    1. Les hautes lumières de Xavier de Moulins (30 points)
  • Avada Kedavra : un livre dont l’auteur est décédé
  • La Trace : un livre dont l’auteur était mineur au moment de sa publication
  • Waddiwasi : 3 BDs/mangas en moins de 24h
    1. Minuscule #5 de Takuto Kashiki / La Reine d’Egypte #3 de Chie Unidoh / Isabella Bird #1 de Taiga Sassa (30 points)
    2. L’enfant et le maudit #3 de Nagabe / Dernière Heure #3 de Yû / Le mari de mon frère #4 de Gengoroh Tagame (15 points)
  • Grimoire poussiéreux : un livre qui prend la poussière dans votre PAL depuis au moins un an
    1. Confessions d’une fan de Jane Austen de Laurie Viera Rigler (30 points)
  • Échecs version sorciers : un livre en lecture commune
  • Cheminette : un livre avec une narration à deux voix ou plus
  • Auror : un livre policier/thriller
    1. La fille dans le brouillard de Donato Carrisi (30 points)
  • Alohomora : un livre avec une clé, une serrure ou un cadenas sur la couverture

Quatrième année : items à 40 points

  • Sinistros : un livre apocalyptique ou post-apocalyptique
    1. Je suis une légende de Richard Matheson (40 points)
  • Miroir à double sens : un livre éponyme (le titre est aussi et seulement le nom du héros – le nom de la série ou le nom du tome)
  • Hiboux Express : un livre épistolaire
  • Gemino : un livre dont l’auteur porte le même prénom que vous
  • Impasse du tisseur : un livre avec une fin ouverte (ne pas citer le nom du livre)
  • Sphinx : un livre qui traite de la mythologie égyptienne
  • Petrificus Totalus : un livre à la couverture rigide
  • ASPICs : un livre noté 17/20 ou plus sur Livraddict
    1. La Maladroite de Alexandre Seurat (40 points)
  • Sainte Mangouste : un livre où le héros principal est malade
    1. Tortues à l’infini de John Green (40 points)
  • Journal de Jedusor : une biographie ou une autobiographie
  • Carte du Maraudeur : un livre dans lequel il y a une carte illustrée du monde
    1. Les Chroniques de Zi #1, Phelan de Jean-François Chabas (40 points)
  • Coquecigrue : un livre avec un animal mignon sur la couverture
  • Têtembulle : un livre qui se passe sous l’eau ou à proximité
    1. La fin d’où nous partons de Megan Hunter (40 points)
  • Portoloin : un livre qui ne se passe ni en France, ni aux USA, ni en Angleterre, ni dans un monde imaginaire
    1. Tenebra Roma de Donato Carrisi (40 points)
    2. Les passants de Lisbonne de Philippe Besson (20 points)
  • Batteurs : un livre écrit à quatre mains
    1. Thérapie du crime de Sophie Jomain et Maxime Gillio (40 points)

Cinquième année : items à 50 points

  • Champs de citrouilles : un livre terminé le jour d’Halloween
    1. Les heures silencieuses de Gaëlle Josse (50 points)
    2. Victoria rêve de Thimotée de Fombelle (25 points)
  • Hedwige : un livre à la couverture hivernale
    1. Le courage qu’il faut aux rivières d’Emmanuelle Favier (50 points)
  • Rita Skeeter : un livre dont vous avez posté la critique sur internet (ton blog, Babelio, Livraddict, Booknode, Goodreads, Amazon…)
    1. Mentir aux étoiles d’Alexandre Chardin (50 points)
  • Véritaserum : un livre tiré d’une histoire vraie
    1. La petite couturière du Titanic de Kate Alcott (50 points)
    2. L’ordre du jour de Eric Vuillard (25 points)
  • Animagus : un livre dont le titre comporte le nom d’ un animal existant
    1. Le Club de l’Ours Polaire #1, Stella et les mondes gelés de Alex Bell (50 points)
    2. L’ours de Claire Cameron (25 points)
  • Zabini : un livre dont le titre ou le nom/prénom de l’auteur commence par Z
    1. Le joueur d’échecs de Stefan Zweig (50 points)
  • Beedle le Barde : un conte réinventé
  • Vitmagic : un livre sur le développement personnel
    1. Petit traité sur l’immensité du monde de Sylvain Tesson (50 points)
  • Bizarr’sisters : un livre dans lequel la musique tient une place importante
  • Croûtard : un livre dans lequel les rongeurs (lapins compris) sont à l’honneur
  • J.K. Rowling : finir un livre lors de la Journée nationale du livre (23 Avril 2018)
    1. Coup de Gigot de Roald Dahl (50 points)
    2. Un petit cochon nommé Truffe de Helen Peters (25 points)
  • Gazette du sorcier : un livre dans lequel le journalisme a une place importante
    1. Le Cri de Nicolas Beuglet (50 points)
  • BUSEs : un livre noté en dessous de 13/20 sur LivrAddict
  • Filet du diable : un livre que vous pensiez aimer mais qui est une déception
    1. C’est le cœur qui lâche en dernier de Margaret Atwood (50 points)
    2. Les Vestiges du jour de Kazuo Ishiguro (25 points)
  • Cognards : lire deux livres différents d’un même auteur

Sixième année : items à 60 points

  • Salle Janus Thickey : un livre sur le thème de l’amnésie
    1. Je sais pas de Barbara Abel (60 points)
    2. Le Puits des Mémoires #1, La Traque de Gabriel Katz (30 points)
  • Stupefix : un livre qui vous a bouleversé
  • Drago Malefoy : un livre où le personnage principal est un anti-héros
    1. Roland est mort de Nicolas Robin (60 points)
  • La tapisserie des Black : lire toute une série de BDs/mangas (au moins 4 tomes)
    1. Long John Silver (4 tomes) de Xavier Dorison et Mathieu Lauffray
  • Albus Dumbledore : un livre dont l’histoire se passe à la Belle Époque (fin XIXe début XXe siècle)
    1. Feuillets de cuivre de Fabien Clavel (60 points)
  • Sombral : un livre que vous commencez avec des préjugés
    1. Frappe-toi le coeur de Amélie Nothomb (60 points)
  • Champifleur : un livre avec un troll dans l’histoire
  • Engorgio : Un livre composé d’au moins 40 chapitres
    1. La fille sous la glace de Robert Bryndza (60 points)
  • Angelina Johnson : un livre où l’héroïne est d’origine afro
    1. Bakhita de Véronique Olmi (60 points)
  • Duel de sorciers : lire deux romans d’une même saga
  • Lumos : un livre sur lequel le titre est écrit en dorure
    1. Le souffle de Midas de Alison Germain (60 points)
  • Ordre de Merlin : un livre qui a reçu plusieurs prix littéraires (au moins 2)
  • Ford Anglia volante : un livre de type roadtrip
  • Scrouts à Pétards : un livre dont le titre comporte un néologisme (un mot inventé, propre à l’univers)
  • Nicolas Flamel : un livre dont le personnage principal est une personne âgée

Septième année : items à 70 points et plus

  • Bloclang : un livre qui n’a qu’un seul mot pour titre
    1. Girlhood de Cat Clarke (70 points)
    2. Sauf de Hervé Commère (35 points)
  • Amplificatum : un livre de plus de 800 pages
  • Bibliothèque de Poudlard : une intégrale (plusieurs tomes réunis en un seul livre)
  • Nox : un livre qui se passe en huis clos
  • Pensine : un livre qui est sorti quand vous étiez enfant (entre 0 et 10 ans)
  • Dissendium : un livre d’un genre que vous n’avez pas l’habitude de lire
  • Fourchelang : un livre en VO (hors français)
    1. A Study in Scarlet de Sir Arthur Conan Doyle (70 points)
  • Beuglante : un livre audio
    1. Voyage au centre de la Terre de Jules Verne (70 points)
  • Éclair de feu : lire un livre de plus de 400 pages en 24h
    1. Désolée je suis attendue de Agnès Martin-Lugand (70 points)
  • Hominum revelio : un livre dans lequel il n’y a pas d’humain – 80 points
  • Jumelles Patil : lire le tome final de deux sagas – 80 points
  • Touffu : une trilogie – 80 points
  • Poursuiveur : une saga entière d’au moins 4 tomes – 90 points
  • Rapeltout : lire ou relire tous les Harry Potter (7 tomes) – 100 points
  • Hermione, sors de ce corps ! : lire au moins 100 livres (maximum 30 mangas/BD confondus) cette année (sont aussi pris en compte les livres lus pour d’autres items) – 150 points

La Chasse aux Dragons : items à 40 points

  • Boutefeu chinois : un livre d’un auteur originaire de l’Extrême-Orient
  • Cornelongue roumain : un livre engagé
    1. La vague de Todd Strasser (40 points)
  • Dent-de-vipère du Pérou : lire le livre le plus court de votre PAL
    1. Everything I Never Told You de Celeste Ng (40 points)
    2. Naissance des cœurs de pierre de Antoine Dole (20 points)
  • Magyar à pointes : un livre classé dark (fantasy, romance, thriller, etc.)
  • Noir des Hébrides : un livre avec une flèche sur la couverture
  • Norvégien à crêtes : un roman noir scandinave
  • Opalœil des Antipodes : un livre dont l’intrigue se déroule dans 2 pays différents
    1. Warcross de Marie Lu (40 points)
  • Pansedefer ukrainien : lire le livre le plus gros de votre PAL
  • Suédois à museau court : un livre avec une couverture chargée (avec beaucoup de détails)
    1. L’histoire du garçon qui voulait vivre dans un bocal de Lisa Thompson (40 points)
  • Vert gallois : un livre qui traite des légendes celtiques

Points bonus : items éphémères

  • Poudre d’obscurité : Un livre dont le thème principal est la guerre :
    • 14-14 de Silène Edgar et Paul Beorn (150 points)
  • Pullover Weasley : Un livre avec « Noël » dans le titre :
    • La fille qui a sauvé Noël de Matt Haig et Chris Mould (100 points)
  • Tiare de la tante Muriel : un livre qui se déroule sous une monarchie :
    • La Dame de Beauté de Jeanne Bourin (110 points)
    • Histoire de la Princesse de Montpensier de Madame de Lafayette (55 points)
  • Classement du premier trimestre : + 30 points bonus.
  • Classement du second trimestre : +40 points bonus.

 

IMG_5311

Chroniques Livres

La dame de beauté de Jeanne Bourin

Chez Le Livre de Poche, mai 1987, 192 pages.
Ma note : ★★★★☆

Quatrième de couverture :
Agnès Sorel fut la première maîtresse royale reconnue officiellement, affichée, comblée de titres et de biens. Elle s’identifia si parfaitement au siècle charnière qui a été le sien qu’elle en reflète le double aspect. Médiévale par la gaieté et la foi, déjà moderne par le goût du confort et les besoins matériels. Fille d’honneur d’Isabelle de Lorraine, duchesse d’Anjou, Agnès a vingt et un ans lorsqu’elle rencontre, à Toulouse, Charles VII qui, lui, a quarante ans. La beauté d’Agnès fit de lui un amant subjugué, le transfigurant : de terne, inquiet, défiant, malchanceux, il devint joyeux, hardi, plein d’allant, habile. Avec ce talent reconnu par tous, ce sont des amours rayonnantes que nous fait vivre ici Jeanne Bourin, l’auteur de La Chambre des dames. Des amours qui sont aussi de l’Histoire. Agnès Sorel fut appelée « damoiselle de Beauté » tant parce qu’elle était tenue pour la plus belle du monde que parce que le roi lui avait donné à vie la maison de Beauté-lès-Paris.

Mon avis :
La Dame de Beauté est ma première lecture d’un ouvrage de Jeanne Bourin, bien que La Chambre des dames attende patiemment dans ma PAL depuis ma visite du Musée de Cluny. Il s’agit d’une véritable belle découverte, j’ai passé un excellent moment avec cette lecture et à découvrir ce personnage. En tant que fan de romans historiques, je pense me pencher plus sérieusement sur les autres livres de Jeanne Bourin et découvrir tout ce qu’elle a pu écrire d’autre. Ce roman, qui nous conte la vie d’Agnès Sorel, a été un petit délice (mais pas un coup de coeur, malheureusement).

On y découvre une femme, une maîtresse, une amante, une amie, une fille, une mère… Tous ces rôles réunis en un seul personnage qui évolue énormément au fil des pages, bien que le roman soit assez court. C’est sans doute le seul défaut que j’ai pu lui trouver : ne pas avoir duré plus longtemps… J’aurais ainsi pu m’attacher pleinement à cette femme complexe, entièrement dévouée à son histoire d’amour et prête à tout pour la défendre. Alors qu’elle est fille d’honneur au service d’Isabelle de Lorraine, elle rencontre Charles VII. Du côté du roi, c’est le coup de foudre : elle est la plus belle femme qu’il ait jamais vu et compte bien la charmer. À force de cadeau, de mots doux et de promenades, la jeune femme tombe sous son charme à son tour. Elle devient alors la première maîtresse officielle du roi.

L’écriture de Jeanne Bourin a été un vrai plaisir : un style fluide, agréable, facile à lire, soutenu par des faits historiques avérés et des personnages que l’on prend plaisir à suivre et à voir grandir au fil des pages. Je me doute que des libertés ont été prises afin d’écrire ce roman, qu’il me faudra faire quelques recherches afin de compléter mes connaissances sur la vie passionnante d’Agnès Sorel, mais je trouve que cet ouvrage constitue une très bonne première approche pour connaître cette femme et la vie qu’elle a mené.

Bilan

Mon top 10 de 2017 !

Bonjour ! Je profite de ce premier post de l’année 2018 pour vous souhaiter une excellente année, qu’elle vous apporte bonheur, santé, un peu d’argent (parce que bon, on a beau dire, ça sert toujours), et surtout beaucoup de belles lectures ! Je n’ai pas été aussi présente sur le blog en 2017 que j’aurais aimé l’être, mais je vais essayer de reprendre un rythme régulier, et surtout de reprendre les chroniques ! 🙂

En 2017, après avoir noté toutes mes lectures dans mon petit bullet journal, j’ai calculé mes petites statistiques : j’ai lu 302 livres tous genres confondus (je compte les romans, les mangas, les bandes-dessinées, les albums jeunesse… vraiment tout !) ce qui me fait un total de 49 648 pages ! Vais-je atteindre les 50 000 pages en 2018 ? 😀 Je pense privilégier les romans cette année. C’est pourquoi j’ai fixé mon challenge Goodreads à 250, contre 280 l’année dernière. On verra bien ce que cela donnera 😉

Pour fêter cette nouvelle année, j’ai eu envie de vous faire un petit post récapitulatif de mes lectures favorites de 2017 : les dix lectures qui m’ont profondément marquée.

Couverture Pax et le petit soldatPax et le petit soldat de Sara Pennypacker et Jon Klassen (Gallimard jeunesse)
Un roman jeunesse que l’on peut lire dès 10 ans. Alors que son père s’engage et va partir en guerre, Peter est obligée d’abandonner Pax, son renard. Il va devoir s’installer chez son grand-père et il est hors de question qu’il emmène le petit animal avec lui. Mais Peter a élevé Pax depuis qu’il n’était qu’un tout petit renardeau : c’est devenu son meilleur ami. Dès le lendemain, Peter se rend compte de son erreur et fugue, incapable de vivre sans Pax et de le laisser seul dans la nature. Le jeune garçon comme le renard vont chacun vivre une aventure, nous offrant leurs différents points de vue sur leurs vies, sur le rapport à la nature, le lien qui unie un enfant et un animal. Un magnifique roman, au début particulièrement triste, mais qui nous raconte une belle histoire d’amitié !

The Curse de Marie Rutkoski (Lumen éditions)
Kestrel est la fille du plus célèbre général d’un empire conquérant. Elle doit faire un choix : se marier ou s’enrôler dans l’armée. Mais Kestrel n’est pas prête à prendre une décision aussi importante pour le moment, alors qu’elle n’a que dix-sept ans. Elle parvient à obtenir un sursis pour mieux prendre sa décision… mais rien ne va se passer comme prévu puisqu’elle va croiser le chemin de Arin, un esclave qu’elle va acheter au marché bien plus cher que le prix auquel il aurait dû être vendu. Intriguée, elle va tenter de percer les secrets du jeune homme, qui est aussi bon menteur qu’elle. Un roman à la couverture bien trompeuse, qui nous parle de conflits politiques, de manipulation, d’esprits aiguisés, de mensonges et de vérité… un premier tome haletant !

La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan (Préludes)
Dans les Cornouailles, une ferme au sommet d’une falaise est le témoin de la vie d’une famille depuis trois générations… En 1943, une adolescente va tomber amoureuse pour la toute première fois d’un jeune homme qui a trouvé refuge dans la ferme pour se protéger de la guerre et des bombardements qui frappe l’Angleterre. En 2014, une femme découvre que son mari la trompe, est au bord du burn-out et plaque tout pour retourner dans la ferme familiale. Des secrets de famille, une histoire d’amour cachée, des mensonges et des regrets… Une histoire à deux époques, dont les personnages finiront par se croiser. Un roman magnifique !

Couverture InséparablesInséparables de Sarah Crossan (Rageot éditeur)
Grace et Tippi sont deux soeurs siamoises, adolescentes. Elles n’ont jamais été à l’école, n’ont jamais eu de vrais amis, mais elles comptent l’une sur l’autre et c’est entièrement suffisant face au regard des autres, les critiques, les questions et le jugement incessant des inconnus. Du moins, pour l’instant… Car pour la première fois de leur vie, elles vont aller au lycée et rencontrer des personnes de leur âge qui ont eux aussi des caractéristiques un peu bizarres. Les choses vont encore plus se compliquer quand Grace va tomber amoureuse… La force de ce livre, c’est bien sûr l’écriture de Sarah Crossan qui écrit en vers libres et nous transporte dans son univers avec une facilité déconcertante. Un livre qui m’a brisé le cœur mais que chacun devrait lire.

Bergères Guerrières #1 de Jonathan Garnier et Amélie Fléchais (Glénat BD)
Cela fait dix ans que les hommes du village sont partis pour la Grande Guerre. Depuis, les femmes ont dû apprendre à se défendre et à subvenir à leurs besoins. Elles ont ainsi formé l’ordre prestigieux des Bergères Guerrières, un ordre que Molly rêve de rejoindre avec son mouton Barbe-Noire. Molly va donc rejoindre l’entraînement pour tenter de devenir une Bergère Guerrière, mais de nombreuses épreuves l’attendent. Une histoire à la fois drôle, adorable et pleine d’aventures, portée par les magnifiques illustrations d’Amélie Fléchais !

Couverture Mon amie AdèleMon amie Adèle de Sarah Pinborough (Préludes)
Pour Louise, mère célibataire, commencer un nouvel emploi s’offre à elle comme un nouveau départ. Pour fêter ça, elle va dans un bar et embrasse un homme. Mais les choses se compliquent quand le lendemain, elle se rend compte que cet homme est son nouveau patron et qu’il est marié. De fil en aiguilles, Louise va entretenir une liaison avec cet homme mais également devenir amie avec son épouse, qu’elle trouve fragile et étrangement solitaire… Raconté du point de vue des deux femmes, Mon amie Adèle nous entraîne dans une relation totalement malsaine qui nous retourne totalement le cerveau. Nous sommes incapables de dire qui ment, qui manipule l’autre… Et la fin vaut le détour !

Couverture La salle de balLa salle de bal de Anna Hope (Gallimard)
1911. Ella, une jeune femme qui travaille depuis l’enfance dans une filature, se retrouve internée dans l’asile de Sharston dans le Yorkshire, parce qu’elle a brisé une vitre après un accès de colère. Sans vraiment comprendre pourquoi, elle est enfermée et va devoir se faire aux codes du lieu, le règlement et rencontrer les autres pensionnaires. Dans ce même asile, on rencontre également John, perdu dans ses souvenirs et dépressif depuis qu’il a perdu sa femme et sa fille. Les deux personnages vont se rencontrer à un bal, organisé par le docteur Fuller, bien décidé à comprendre le fonctionnement de la folie, des faibles d’esprits et fasciné par l’eugénisme. Un roman fascinant, enrichissant et une belle rencontre entre deux personnages qui n’ont rien en commun.

Couverture Lait et mielmilk & honey de Rupi Kaur (Andrew McNeel Publishing, disponible en français chez Charleston)
Un recueil de courts poèmes en prose, qui parle de femmes, de survie, d’amour, de blessures… À travers son écriture, Rupi Kaur nous parle des épreuves que peut traverser une femme : la violence, les abus sexuels, les ruptures, la perte… mais également des choses plus positives comme l’amour et la féminité. Un recueil divisé en quatre chapitres, avec des illustrations. Un ouvrage qui porte à réfléchir, qui m’a beaucoup émue et qui a été une véritable découverte pour moi qui ne lit jamais de poésie.

 
Couverture Le chardon et le tartan, tome 4 : Les tambours de l'automneOutlander #4 : Les tambours de l’automne de Diana Gabaldon (J’ai lu)
Nous sommes en 1767. Jamie et Claire embarquent pour le Nouveau Monde pour fuir l’oppression anglaise, mais échouent en Caroline du Nord. La révolution se prépare doucement, l’Amérique est proche de son Indépendance. Claire et Jamie vont devoir se trouver une place sur ce nouveau continent, pendant que Brianna, restée coincée eu XXème siècle, cherche à les retrouver et à comprendre au mieux ses origines. Un tome de plus de 1000 pages, qui pourrait contenir plusieurs tomes tellement il se passe de choses dans ce roman. Des voyages, de nouveaux personnages, des retrouvailles, et le tout porté par des héros que nous aimons toujours autant suivre. Ce quatrième tome est mon préféré de la saga pour le moment !

 

Couverture Feuillets de cuivreFeuillets de cuivre de Fabien Clavel (Libretto)
Cet ouvrage débute en 1872 à Paris. Une prostituée est retrouvée dans une ruelle, assassinée. Son corps est mutilé et ce n’est que le premier meurtre d’une longue série… Sous forme de feuilletons, nous allons suivre plusieurs enquêtes, menées par le personnage atypique de Ragon : un homme brisé, solitaire, obèse, mais avec une culture littéraire impressionnante qui lui permet de résoudre n’importe quel crime. Les pages défilent et nous offrent plusieurs enquêtes, des victimes, du mystère, beaucoup de références et de clins d’œil, le tout servi par une écriture magistrale. Un très bon roman policier, une lecture fabuleuse dans un univers riche, baigné de littérature et saupoudré d’une légère dose de steampunk, de fantastique et de gothique. Un mélange des genres qui fonctionne à merveille, ça a été un énorme coup de cœur !